La Chine fête Noël en catimini malgré une épidémie de Covid-19 sous contrôle

·2 min de lecture

Noël à six en France, quatre en Corée ou interdiction d’inviter des amis comme à Montréal, le réveillon ce 24 décembre au soir sera forcément différents des précédents en raison de la crise sanitaire et des mesures barrières face à l’épidémie. Même en Chine où l’épidémie est pourtant maîtrisée, Noël n'est pas vraiment Noël.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Des cloches géantes dont les contours rappellent les rubans dorés des paquets cadeaux, ce sont des balançoires musicales qui ont remplacé les décorations de Noël dans ce quartier commercial du centre de Pékin. La jeunesse dorée, elle aussi, s’y balance devant le smartphones des copains. Mais pour l’ambiance, « ce n'est pas vraiment Noël, nous dit ce couple d’amoureux. Il n’y a pas de lumières, il n’y a pas de décorations, et surtout il manque un grand sapin. »

Dans le quartier de Wangfujin, ces vendeuses pressées, comme ces touristes de Hong Kong n’ont rien vu non plus. À part dans les hôtels et quelques centres commerciaux le constat est le même partout cet hiver à Pékin : les décorations de Noël sont rares dans les vitrines. Cela fait maintenant plusieurs années que des consignes ont été passés dans les universités, dans certaines dans les villes pour empêcher la célébration publique d’une fête considérée comme porteuse d’influence étrangères négatives. « Généralement, je ne participe pas aux festivités étrangères écrit l’historien Zhang Lifan sur Twitter. Mais depuis qu'ils l’ont interdit, j’ai décidé de fêter Noël. »

Une interdiction qui ne surprend pas cet agent de la voirie, chapka sur la tête et grand manteau molletonné. « Il n’y a pas d’arbre de Noël cette année, mais c’était déjà le cas l’année dernière. Et pour les décorations, les magasins ont fait le minimum. Ça reviendra peut-être quand il y aura plus d’étrangers. »

Frontières toujours fermées

Avec la pandémie, les frontières chinoises restent verrouillées et peu d’étrangers sont sur place. « C’est pas vraiment Noël nous disent ces deux responsables de la promotion d’une boutique tirant deux chariots blanc chargés d’affiches. Nous avons invité le public à casser des coquille d’œufs pour oublier 2020. »

Une année sans Noël, même à Yiwu dans le sud de la Chine ou près de 600 usines produisent 80% des décorations de Noël et 96% des sapins artificiels vendus dans le monde, la production en cette « année covidée » aurait diminué de 50 %.