La Chine entame un “déclin démographique sans fin”

photo STR/AFP

“La population chinoise est en proie à une ‘période de déclin sans fin’”, titre le South China Morning Post, à Hong Kong. Après l’annonce que la population chinoise avait baissé en 2022, pour la première fois depuis soixante ans, le journal a interrogé des spécialistes, pour qui “le déclin de la population est irréversible et il est illusoire de penser le contraire”.

“Il n’y a pas d’espoir d’inverser ce déclin”, affirme ainsi le démographe indépendant He Yafu.

Néanmoins, ajoute le journal, d’après ces experts “il faut en faire plus pour freiner cette tendance, notamment en accentuant les efforts pour stimuler le taux de natalité”.

Des subventions loin d’être suffisantes

La politique de l’enfant unique a été abandonnée en 2016, et depuis 2021 les couples sont autorisés à avoir trois enfants. Ils peuvent même aller au-delà sans sanction légale, mais les enfants supplémentaires “ne sont plus éligibles aux allocations ni à une prise en charge de droit”, précise le South China Morning Post.

Selon He Yafu, l’une des premières mesures à prendre serait de supprimer toute restriction, dans un but avant tout symbolique. La Chine devrait aussi offrir des aides financières plus importantes et des services de garde plus abondants et meilleur marché. “Un certain nombre d’autorités municipales et provinciales se sont mises à proposer des incitations financières aux couples qui veulent avoir des enfants”, rappelle aussi le quotidien.

“Toutefois, des voix critiques soulignent que ces subventions sont loin de suffire au regard de ce qu’il faut vraiment débourser pour élever un enfant.”

La pandémie aggrave la tendance

Un autre démographe, Yuan Xin, note que les effets de ces récentes mesures pourraient avoir été masqués par l’épidémie de Covid-19, qui a poussé des Chinois à repousser des projets parentaux ou à y renoncer. La croissance démographique pourrait donc se maintenir autour de zéro dans les prochaines années, même si “les naissances resteront peu nombreuses, car le nombre de femmes en âge de procréer continue de baisser”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :