La Chine déploie des missiles balistiques pour intimider l'Inde

·1 min de lecture

L'Himalaya sera-t-elle le théâtre d’un conflit militaire entre les deux géants asiatiques ? L’apaisement diplomatique entre l’Inde et la Chine semble être au point mort. Le 19 avril dernier, l'armée chinoise a annoncé le déploiement de camions lance-roquettes PCL-191 près de la région du Ladakh. Un territoire revendiqué par les deux puissances nucléaires, situé entre la frontière qui traverse la chaîne de montagnes de l'Himalaya. Une frontière, elle aussi contestée, et dont le tracé n’est toujours pas défini. New Delhi et Pékin ayant des prétentions sur des territoires communs.

Selon le South China Morning Post, les véhicules PCL-191 pourraient emporter des missiles balistiques d’une portée de 500 kilomètres. Cette démonstration de force aurait pour but d’intimider l’Inde et de dissuader son armée d’établir des bases dans la région du Ladakh. Ce déploiement est aussi une conséquence de l’échec de pourparlers entre l’Inde et la Chine ayant pour but la démilitarisation de l’Himalaya. En effet, en juin 2020, la région du Ladakh avait été le théâtre d’un incident entre les deux pays. Des soldats des armées chinoises et indiennes s’étaient alors affrontés au “corps-à-corps”. A l’origine du conflit : une patrouille indienne, qui avait provoqué l’ire des soldats chinois en les chassant de leur campement, situé près de la frontière disputée.

>> À lire aussi - La marine chinoise inquiète New Delhi en renforçant sa présence dans l'océan IndienLes combats avaient notamment provoqué 20 morts (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Grèce prête à l'Arabie saoudite des missiles Patriot face aux rebelles soutenus par l'Iran
Inde : la deuxième vague de Covid-19 “est arrivée comme un ouragan”, pénurie d’oxygène
Méditation d’Osho et enfant intérieur… les étonnants coachings financés par la mairie de Nantes
Des nouveautés pour TousAntiCovid, ces salariés privés de télétravail, le prix des forfaits mobiles en baisse… Le flash éco du jour
Le ministre Sébastien Lecornu entendu pour des soupçons de "prise illégale d'intérêts"