Chine: Le bilan du coronavirus s'alourdit à 17 morts

CHINE: LE BILAN DU CORONAVIRUS S'ALOURDIT À 17 MORTS

PEKIN (Reuters) - Les autorités sanitaires chinoises ont dévoilé mercredi une nouvelle batterie de mesures destinées à contenir la propagation du coronavirus apparu le mois dernier à Wuhan, dans le centre de du pays, dont le bilan a été revu en hausse, à 17 morts.

Pékin déconseille tout rassemblement public dans la province de Hubei, dont Wuhan est le chef-lieu avec ses 11 millions d'habitants, et a annoncé des mesures de confinement dans les hôpitaux.

A l'échelle nationale, 544 cas ont été recensés mercredi.

Lors d'une conférence de presse, Li Bin, vice-ministre de la Commission nationale de la santé, a confirmé qu'il y avait des preuves d'une transmission humaine par voie respiratoire et conseillé aux habitants de Wuhan de ne pas quitter la ville.

"Il y a un grand changement dans le nombre de cas, ce qui s'explique par notre meilleure compréhension de la maladie, l'amélioration des méthodes de diagnostic et de la distribution de kits de diagnostic", a expliqué Li Bin.

A ses côtés, le directeur général du Centre chinois pour la prévention et le contrôle des maladies, Gao Fu, a souligné que le virus s'adaptait et mutait, ce qui complique la tâche des autorités sanitaires.

En dehors de Wuhan, des cas de contamination ont été signalés à Pékin, Shanghai, Macao, Hong Kong et en Thaïlande (4 cas), aux Etats-Unis (1 cas), en Corée du Sud (1), au Japon (1)et à Taïwan (1).


RÉUNION D'URGENCE À L'OMS

Une réunion d'urgence aura lieu mercredi soir au siège de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour déterminer si l'épidémie constitue une urgence internationale de santé publique.

Les symptômes, comparables à ceux de la pneumonie, sont communs à de nombreuses maladies respiratoires, ce qui suppose un dépistage supplémentaire.

L'origine du virus n'a pas été identifiée, mais l'OMS juge qu'il provient probablement de l'animal. Selon les autorités chinoises, le virus est apparu sur un marché aux animaux vivants de Wuhan. Les animaux vivants ne sont pas autorisés à entrer dans la ville de Wuhan, a déclaré Li Bin.

Les autorités sanitaires du monde entier ont intensifié le contrôle des voyageurs en provenance de Chine.

En France, des consignes de vigilance ont été adressées aux personnels de santé et aux aéroports. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a assuré mardi lors d'une conférence de presse que le système de santé français était "bien préparé".

"Le risque d'introduction en France de cas liés à cet épisode est faible mais il ne peut pas être exclu, d'autant qu'il existe des lignes aériennes directes entre la ville de Wuhan et la France", a-t-elle toutefois précisé.

La crainte d'une épidémie comparable à celle du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), due à un autre coronavirus apparu lui aussi en Chine, qui a fait près de 800 morts en 2002 et 2003, a pesé mardi sur les marchés financiers.


(Cate Cadell, version française Arthur Connan et Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Philippe Lefief)