La Chine autorise un troisième enfant par famille. Mais quelles réalités se cachent derrière cette annonce ?

·2 min de lecture

Sociologue, membre du bureau du Groupement d'intérêt scientifique Etudes asiatiques (GIS Asie), Manon Laurent enseigne à l’Université de Paris, ainsi qu’à l’Université Concordia, à Montréal (Québec). Spécialiste de la parentalité en Chine et des relations entre l’Etat chinois et la société, cette chercheuse revient dans un entretien avec Sciences et Avenir sur les raisons ayant conduit les dirigeants chinois à lever les restrictions sur les naissances en place depuis plusieurs décennies.

Sciences et Avenir : Le 28 mai 2021, le gouvernement du président Xi Jinping a déclaré qu’il permettrait désormais aux couples chinois d’avoir trois enfants. Comment expliquer les raisons d’un tel assouplissement après 42 ans de contrôle démographique ?

Manon Laurent : La publication récente du dernier recensement de la population chinoise en a fait apparaître une diminution notable. La croissance démographique de la Chine au cours de la dernière décennie est la plus lente depuis les années 1950, et le taux de fécondité de 1,3 nouveau-né par femme est bien en-deçà du taux de remplacement de 2,1. Or la question des enfants en Chine est d’abord économique : comment faire augmenter la population active pour maintenir un système social et un modèle économique qui s’appuie sur la solidarité entre les générations, alors que la population est vieillissante ?

"L'ingénieur Song Jian est à l'origine de la politique de l'enfant unique"

La politique de l’enfant unique mise en place en 1979 n’avait jamais non plus eu pour vocation de durer indéfiniment. Pour rappel, c’est un dénommé Song Jian qui est à l’origine de cette politique. Ingénieur en balistique, - le secteur militaire étant alors le seul à bénéficier de financements de recherche après la mort de Mao en 1976 -, ce statisticien avait établi plusieurs graphiques de croissance de la population chinoise en fonction du nombre d’enfants par famille. Il a calculé qu’un seul enfant par femme conduirait à la diminution de la population en 2020. A l’époque, ces questions étaient essentiellement d’ordre économique pour savoir de quelle façon sortir la population de la pauvreté et permettre le développement économique du pays. Réduire la taille de la population était l’une des solutions.

La politique de l’enfant unique a-t-elle été plus flexible qu’on a pu le croire?

Absolument. Un certain assouplissement était perceptible 5 ans à peine après la mise en place de la politique de l’enfant unique. Ainsi, dès 1984, les familles rural[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles