Chine : un ancien grand patron condamné à mort

Source AFP
·1 min de lecture
Lai Xiaomin a assuré ne pas avoir « dépensé un seul centime ». 
Lai Xiaomin a assuré ne pas avoir « dépensé un seul centime ».

C'est une nouvelle démonstration de la campagne anticorruption menée par la Chine depuis 2012. Lai Xiaomin, ancien patron du conglomérat financier China Huarong, a été condamné mardi à la peine capitale pour « corruption et bigamie », a annoncé la justice chinoise. Il a été reconnu coupable d'avoir obtenu 215 millions d'euros de pots-de-vin et tenté d'en obtenir 13 millions supplémentaires. Les montants étaient « extrêmement importants, les circonstances particulièrement graves et les intentions extrêmement malveillantes », a indiqué dans son jugement un tribunal de Tianjin (Nord). Lai Xiaomin a également été reconnu coupable de bigamie, ayant « vécu longtemps avec d'autres femmes », en dehors de son mariage, dont il a eu des enfants illégitimes.

En janvier 2020, Lai Xiaomin avait fait des aveux diffusés par la télévision publique CCTV. Des images d'un appartement de Pékin, censé appartenir à Lai Xiaomin avec coffres-forts et armoires remplies de liasses d'argent liquide, avaient alors été diffusées. Lai Xiaomin assurait ne pas avoir « dépensé un seul centime ». « Je n'ai pas osé dépenser » l'argent, affirmait-il. Des images avaient également montré des voitures de luxe et des lingots d'or que Lai aurait acceptés comme pots-de-vin.

La Chine a lancé une vaste campagne anticorruption en 2012, après l'arrivée du président chinois Xi Jinping à la tête du Parti communiste chinois (PCC). Depuis, plus d'un million et demi de cadres du PCC ont été sanctionnés. Les a [...] Lire la suite