Chine-Afrique : Pékin voit rouge après les critiques de Jean-Yves Le Drian

·1 min de lecture
Le chef de la diplomatie française s'est attiré les foudres de Pékin, après ses critiques sur la relation sino-africaine.
Le chef de la diplomatie française s'est attiré les foudres de Pékin, après ses critiques sur la relation sino-africaine.

Au moment où doit se tenir à Dakar, au Sénégal, la 8e conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), les récentes critiques du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, ne passent pas du tout. Surtout, elles interviennent après la tournée africaine du secrétaire d?État américain, Anthony Blinken, qui avait lui aussi ciblé les investissements chinois en Afrique lors de son passage au Kenya, au Nigeria et au Sénégal.

« Nos concurrents n?ont ni tabous ni limites »

Dans une interview au journal Le Monde, publiée le 19 novembre, le ministre de l?Europe et des Affaires étrangères fustigeait la politique chinoise sur le continent africain, où l?ex-puissance coloniale française est désormais dépassée par Pékin en matière d?investissements et d?import-export. « La nouveauté en Afrique, c?est qu?il commence à y avoir une déception très claire à l?égard des Chinois. Les responsables africains se sont rendu compte qu?il s?agit d?un marché de dupes », affirmait le ministre français. « Certes, ils ont pu bénéficier dans l?immédiat d?infrastructures, parfois spectaculaires, construites par des Chinois avec l?argent des Africains dans le but affiché du développement, mais, à la fin, ils mettent leur pays sous tutelle en raison de l?endettement majeur qu?ils sont obligés de contracter pour financer ces infrastructures. »

À LIRE AUSSIPax sinica : ce que la Chine veut (vraiment) faire avec l?Afrique

« La France devrait faire davantage de c [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles