Chine: à Pékin, trois tests PCR exigés chaque semaine pour les congés du 1er-Mai

Les vacances de la fête du travail commencent samedi 30 avril en Chine. Mais ce seront des congés limités car plus de 70 mégalopoles sont confinées ou semi-confinées à cause d'une explosion de contaminations au Covid-19. Alors qu’à Pékin, les habitants doivent présenter un test négatif de moins de 48 heures pour se rendre dans les lieux publics, les autorités s’attendent à une chute vertigineuse de voyageurs.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

L’appel des PCR venus des mégaphones des brigades sanitaires se fait entendre sur les trottoirs de Pékin. Depuis une semaine, les 22 millions d’habitants de la capitale chinoise sont soumis à une campagne de dépistage massive : un test Covid-19 tous les deux jours, qu’il faudra donc poursuivre pendant les vacances, afin de pouvoir accéder aux parcs, lieux touristiques et aux hôtels.

Un test négatif de moins de 48 heures sera également exigé pour le retour au travail et à l’école, si ces dernières rouvrent dans cinq jours.

Nouveau crédo de la stratégie « zéro Covid »

Cette règle des trois tests par semaine pour pouvoir se déplacer a également été mise en place dans les villes qui sortent du confinement, comme Changchun, dans le nord-est du pays. Trois tests sinon rien ou le nouveau crédo de la stratégie « zéro Covid » en Chine : toute personne se rendant dans la capitale sera testée à son arrivée, puis de nouveau 24 heures et 72 heures plus tard, ont annoncé les autorités.

Avec les restrictions sanitaires drastiques, peu de Chinois vont se déplacer ce week-end. Le ministère des Transports prévoit une baisse de 62 % du nombre des voyageurs pour ces congés du 1er-Mai.

À lire aussi : Chine: la politique de «Zéro Covid», une stratégie à haut risque pour Xi Jinping?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles