Chika Kisada : du ballet classique à la mode punk à la Tokyo Fashion week

Culturebox (avec AFP)
L'ex-danseuse de ballet Chika Kisada a fait ses débuts à la Tokyo Fashion week ce samedi 24 mars en exprimant par des créations punk les tourments cachés du danseur professionnel.

Petite fille bohème

Vestes de cuir sur jupes de tulle en forme de tutu : la créatrice de 36 ans a fusionné ballet et punk et lancé ses mannequins sur le podium en confortables chaussures richelieu roses en guise de pointes pour sa collection automne-hiver 2017-18 présentée à Tokyo.

Même mélange aussi dans ses petites robes chasubles en filet portées sur des tricots et harnais de cuir, dans un style petite fille bohème. Des masques d'or expressifs, créés avec l'aide d'un costumier de ballet rencontré dans sa précédente vie, venaient évoquer les tiares des ballerines.
Chika Kisada s'est tournée vers la mode après des années d'impitoyable entraînement à la danse classique récompensées par des prix qui ne l'ont cependant pas menée à la carrière dont elle rêvait "du plus loin qu'elle se souvienne".

Canalisé un sentiment dans un esprit punk

Elle a dansé 16 ans, travaillant "de l'aube au crépuscule" et a intégré la prestigieuse compagnie Asami Maki Ballet. Puis elle a tout bandonné. "Je n'ai rien fait pendant un certain temps puis, quand j'ai réfléchi à des métiers dans lesquels on peut s'exprimer avec le corps, j'ai pensé à la couture", a-t-elle raconté à l'AFP. Elle a lancé une première collection il y a dix ans.

Pour elle, "l'élégance du ballet" et la "vitalité du punk" ne se contredisent pas. Le ballet "n'est pas seulement" la beauté sur scène, souligne-t-elle, "c'est aussi la souffrance et les tourments endurés par les danseurs dans cette forme d'art connue pour sa rigueur et la concurrence acharnée qui y règne".

"J'ai vécu ce gouffre entre le devant de la scène et les coulisses et la frustration qu'il inflige, alors j'ai envie de faire un doigt d'honneur à tout cela", lance-t-elle.

"J'ai donc canalisé ces sentiments dans un esprit punk. Je voulais faire comprendre qu'il n'y a pas que la beauté. Par exemple, de répugnantes blessures physiques et une expression de douleur se cachent parfois derrière le sourire du danseur face au public".

Son ambition est à présent d'habiller des femmes libres et de conquérir le marché européen. Elle a déjà trouvé des distributeurs au Canada, en Chine, au Liban et en Russie.


Retrouvez cet article sur Culturebox.fr

Fashion week de Tokyo : Mitsuru Nishizaki, le nouvel espoir japonais
Hanae Mori Manuscrit associe l'écorce du bois au tissu à la Tokyo Fashion week
Maxime Simoëns nommé directeur artistique d'Azzaro
Quand le créateur Martin Margiela dessinait pour Hermès, au MoMu d'Anvers

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages