Un chiite exécuté en Arabie saoudite pour avoir manifesté contre le royaume

·3 min de lecture

Après un procès qualifié d'inique par Amnesty international, Mustafa al-Darwish, jeune homme appartenant à la minorité chiite, a été mis à mort mardi à Dammam, en raison de sa participation à des manifestations antigouvernementales lorsqu’il était adolescent.

Un homme de 26 ans appartenant à la minorité chiite a été exécuté, mardi 15 juin, à Dammam, en Arabie saoudite. Mustafa al-Darwish était accusé d'avoir lancé une "révolte armée" contre les dirigeants saoudiens et œuvré à la "déstabilisation de la sécurité" du royaume, a rapporté l’agence de presse officielle saoudienne SPA. Motif : sa participation à des manifestations antigouvernementales lorsqu’il était adolescent.

Il avait été arrêté en mai 2015 pour participation présumée à des manifestations lors des soulèvements du Printemps arabe entre 2011 et 2012, rappellent plusieurs ONG dont Amnesty international. A l'époque, il avait entre 17 et 18 ans.

"En procédant à cette exécution, les autorités saoudiennes ont fait preuve d’un mépris déplorable pour le droit à la vie", a condamné Amnesty dans un communiqué. "Mustafa al-Darwish est la dernière victime en date d’une justice saoudienne grandement déficiente, qui condamne régulièrement à mort des personnes à l’issue de procès iniques se fondant sur des aveux obtenus sous la torture."

Selon l’ONG britannique Reprieve, sa famille a appris son exécution en "lisant les actualités sur Internet". Reprieve a également affirmé que le jeune homme avait été placé à l’isolement et torturé pendant son incarcération.

Des promesses "vides" de réforme

L’Arabie saoudite avait pourtant annoncé, en avril 2020, que la peine de mort ne serait plus prononcée à l’encontre de personnes condamnées pour des crimes commis lorsqu’ils avaient moins de 18 ans. Faisant référence à un décret royal, la Commission des droits humains (HRC) du pays avait précisé qu’elles écoperaient d’une peine maximale de dix ans d’emprisonnement dans un centre pour jeunes délinquants.

"Une fois de plus, les autorités saoudiennes ont démontré que leurs affirmations concernant l’abolition de la peine de mort pour les enfants ne valaient rien", a réagi Ali al-Dubaisi, directeur de l’Organisation européenne-saoudienne des droits de l’Homme (ESOHR).

"La cruauté de cette exécution, sans information préalable, pour le crime d’avoir participé à des manifestations en tant qu’adolescent, illustre le vrai visage du (prince héritier d’Arabie saoudite) Mohammed ben Salmane", a-t-il ajouté, déplorant "les continuelles promesses vides de réforme".

Le prince, de facto dirigeant du pays, cherche à étouffer les critiques internationales relatives aux droits de l'Homme en Arabie et à l’opacité de son système judiciaire afin d'attirer investissements internationaux et touristes étrangers.

Le royaume affiche l’un des taux d’exécution les plus élevés au monde. La HRC a fait état de 27 exécutions en 2020, soit une baisse de 85 % par rapport à l’année précédente – qui s'explique notamment par le moratoire sur les condamnations liées aux stupéfiants. D’après l’ESOHR, vingt-six personnes ont été exécutées depuis le début de l'année.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles