Les chiffres et cartes du Covid-19 en France au 13 juillet 2022

Le taux d'incidence est toujours en hausse dans la plupart des départements, mais le pic de contaminations au Covid-19 semble passé. (Photo: Le HuffPost)
Le taux d'incidence est toujours en hausse dans la plupart des départements, mais le pic de contaminations au Covid-19 semble passé. (Photo: Le HuffPost)

Le taux d'incidence est toujours en hausse dans la plupart des départements, mais le pic de contaminations au Covid-19 semble passé. (Photo: Le HuffPost)

COVID-19 - La 7e vague est-elle en train de refluer? “Il faut rester très prudents”, a souligné le nouveau ministre de la Santé, François Braun, ce mercredi 13 juillet sur RTL. Mais quelques jours après une envolée du nombre de cas, “il semblerait que nous atteignions très probablement le pic” des contaminations, a souligné l’ancien médecin urgentiste, avant de mettre en garde: “On ne sait pas si ça va être un long plateau prolongé ou si ça va descendre.”

Pour faire le point sur l’évolution de cette 7e vague, portée par les variants BA.4 et BA.5, Le HuffPost, vous propose de regarder les derniers chiffres du Covid-19, mais surtout leur évolution en cartes et en courbes. Un point important à bien avoir en tête avant de poursuivre votre lecture: les données sont toujours publiées dans la soirée. Ainsi, les chiffres à jour ce mercredi 13 juillet sont ceux publiés la veille, soit mardi 12 juillet.

Il faut également savoir que ce ne sont pas les chiffres du jour, mais ceux à J-1 pour le nombre d’hospitalisations et le nombre de nouveaux cas confirmés. Pour l’incidence et le taux de positivité, ce sont les chiffres du dépistage à J-3 (à la date de réalisation du test) qui sont utilisés.

Suivi de l’incidence et des réanimations

Le nombre de cas, et donc le taux d’incidence, reste élevé en cette mi-juillet. Mardi 12 juillet, la Direction générale de la Santé recensait 182.006 nouveaux cas. Mais c’est moins que le mardi précédent, avec le record de 206.554 cas enregistrés.

Ainsi, si l’on regarde la moyenne sur une semaine (la courbe bleue), on voit qu’elle commence à s’orienter à la baisse, avec 127.174 cas recensés au 13 juillet. Ce chiffre est en baisse pour la troisième journée consécutive.

Les chiffres à J-1 sont pratiques pour suivre au plus près l’évolution de l’épidémie, mais sont susceptibles de varier d’une semaine à l’autre en fonction de la rapidité de remontée des résultats.

Pour bien s’assurer des tendances, il est préférable de regarder les données publiées par Santé Publique France, qui montrent le nombre de cas à la date du dépistage, avec un retard de trois jours.  C’est notamment à partir de ces données qu’il faut regarder l’évolution du taux d’incidence. Comme prévu, on commence à apercevoir un léger tassement, suivant l’évolution du nombre de cas recensés.

Le graphique ci-dessous, en plus de l’incidence, permet d’analyser en un coup d’œil la situation des différents indicateurs de suivi du Covid-19.

Comme on peut le voir, l’ensemble des indicateurs commencent toujours juste à se stabiliser ou sont encore en hausse pour ce qui concerne les hospitalisation. Vers un pic ou un plateau? Impossible de le savoir à ce stade.

Signification des différents indicateurs

La progression des variants BA.4 et BA.5

Cette 7e vague est, comme toutes les autres, multifactorielle. Pour autant, les coupables principaux sont tout désignés: BA.4 et (surtout) BA.5, les sous-variants d’Omicron. Depuis le mois de mai, ils progressent lentement en France, prenant petit à petit le pas sur BA.2, la version qui était dominante jusqu’alors.

Mais comme le montre le graphique ci-dessous, BA.4 et BA.5, même s’ils explosent et s’imposent en France, ne sont pas les seuls fautifs. Les cas soupçonnés d’être liés au variant BA.2 ne baissent plus depuis début juin, voire augmentent doucement à nouveau.

La piste principale des épidémiologistes: la baisse de notre immunité face à l’infection, qu’elle provienne du vaccin, de la maladie ou des deux cumulés.

Les entrées à l’hôpital et en réanimation

La 7e vague est encore là, mais ce qui compte, c’est de savoir si ces indicateurs vont baisser et à quelle vitesse. Pour comprendre, il est important de regarder la vitesse de croissance ou de décroissance des cas et des indicateurs hospitaliers, en observant l’évolution sur une semaine, en pourcentage, de ces chiffres:

Si le taux d’incidence recule nettement depuis une semaine et le taux de positivité se stabilise, on voit que le nombre de personnes hospitalisées (le stock) continue d’augmenter de plus de 10% par jour depuis le début du mois de juillet. Le nombre de personnes admises en réanimation a connu une accélération au cours des derniers jours.

Il est important de préciser que pour les réanimations, mais surtout pour les hospitalisations conventionnelles, une part non négligeable de patients sont hospitalisés pour une autre pathologie, mais sont positifs au Covid-19, comme on peut le voir ci-dessous.

Avant le mois de janvier, la part de ces personnes hospitalisées avec Covid était faible, mais comme on le voit, elle a explosé avec Omicron et ses sous-variants. Attention, le fait de ne pas être hospitalisé pour Covid ne veut pas dire que la maladie ne peut pas aggraver la situation du malade.

Carte du taux d’incidence par départements

Si l’on regarde l’évolution de l’épidémie de manière plus locale, on voit que l’incidence augmente dans tous les départements, à l’exception de Paris et des Hauts-de-Seine.

Avec les vacances d’été, la circulation du virus dans les zones très touristiques devra être surveillée de près. Comme on peut le voir ci-dessous, le taux d’incidence est surtout élevée en Île-de-France et sur la façade atlantique.

Le graphique ci-dessous permet d’analyser plus en détail la situation dans votre département (y compris dans les départements et régions d’outre-mer).

La carte du taux d’occupation en réanimation

Entre la campagne de vaccination et l’immunité acquise dans les précédentes vagues, la proportion de formes graves est plus faibles que pour les premières vagues du Covid-19. Le graphique ci-dessous permet de s’en rendre compte. Il compare le nombre actuel de cas, hospitalisations et réanimations par rapport au maximum de chacun de ces indicateurs en novembre dernier.

Avec Omicron en janvier, le nombre de cas a explosé le record de la deuxième vague, mais les hospitalisations ont simplement été égalées. Quant aux réanimations, elles n’ont pas dépassé les 80% de l’ampleur de la deuxième vague.

Mais si le taux d’occupation des services de réanimation est pour l’instant faible, cet indicateur reste à surveiller de près, alors que l’hôpital est en crise et se prépare à un été particulièrement tendu dans les services d’urgence.

A voir également sur Le HuffPost: Avec la 7e vague de Covid, remettre le masque dans ces lieux est une bonne idée

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles