Le chiffre du jour. Le gouvernement d’opposition birman se dote d’un budget

·1 min de lecture

Formé au lendemain du coup d’État du 1er février dernier, le gouvernement d’union nationale birman, qui s’oppose à la prise du pouvoir par la junte militaire, tente de récupérer des fonds. Parmi les ressources envisagées, une loterie clandestine. Par ailleurs, des réserves gelées par les États-Unis pourraient être débloquées.

Le gouvernement d’union nationale (GUN) birman tente d’augmenter ses sources de revenus et de collecter de l’argent, indique Nikkei Asia. Formée au lendemain du coup d’État militaire du 1er février dernier par des élus opposés à la junte militaire, cette structure estime représenter le gouvernement légitime.

À lire aussi: Anniversaire. En Birmanie, célébrer la rébellion de 1988 pour mieux combattre aujourd’hui

Selon Nikkei Asia, le GUN travaille à la constitution d’un budget d’un montant de 590 millions d’euros. L’argent se trouverait en grande partie sur des comptes bancaires à l’étranger et devrait servir à l’aide humanitaire, à la vaccination contre le Covid-19 ainsi qu’à soutenir les grévistes engagés dans le mouvement de désobéissance civile contre la junte.

Une partie des sommes seront également destinées, ajoute le journal, au fonctionnement administratif du gouvernement, dont certains représentants vivent cachés.

Loterie secrète

Parmi les sources de revenus de ce gouvernement parallèle, on compte une loterie clandestine qui pourrait permettre de collecter environ 7 millions d’euros chaque mois. Un test a permis en août de générer en quatre jours quelque 500 millions de kyats, soit plus de 250 000 euros. Selon le GUN, 70 % de cette somme a été allouée aux fonctionnaires grévistes.

Le GUN a également assuré à

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles