Le chiffre du jour. Le beau parachute doré d’Adam Neumann, fondateur de WeWork

·1 min de lecture

Après des mois de négociations, SoftBank a accepté de verser une énorme prime de départ au cofondateur de WeWork. Le groupe japonais, propriétaire de l’entreprise de coworking, peinait à se débarrasser de l’ex-PDG.

“Cela n’a pas été un divorce facile”, note le Wall Street Journal, commentant l’acte final de la séparation de SoftBank et d’Adam Neumann, cofondateur – et quasi-gourou – de WeWork. Cela faisait des mois que le conglomérat japonais, qui a racheté l’entreprise américaine de location de bureaux partagés en octobre 2019, négociait pied à pied avec son ex-patron.

Pour se débarrasser définitivement du fantasque – et très controversé – entrepreneur israélo-américain, SoftBank a fini par débourser, en février, 200 millions de dollars en liquide et 245 millions en actions, soit un total équivalent à 365 millions d’euros. C’est ce que montre, selon le quotidien américain, le dossier transmis il y a quelques jours à l’autorité américaine de contrôle des marchés financiers pour préparer la fusion de WeWork avec BowX Acquisition. Cette société est une Spac (Special Purpose Acquisition Company), un véhicule d’investissement coté en Bourse mais sans activité opérationnelle.

À lire aussi: Le chiffre du jour. WeWork affiche des pertes colossales… pour séduire les investisseurs

Si Adam Neumann est parvenu à obtenir autant d’argent, “c’est parce que, contrairement à la plupart des

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles