Chez Les Républicains, des candidats à l'épreuve du grand oral

·2 min de lecture

Face aux conseillers nationaux qui constituent le «parlement» de LR, les prétendants à l'investiture pour la présidentielle tentaient samedi de convaincre les forces vives du parti, avant le vote qui se déroulera du 1er au 4 décembre.

«Le Conseil national est un lieu d'expression parfaitement libre» : ainsi résumait samedi Annie Genevard, présidente du Conseil national des Républicains, les modalités du «grand oral» des candidats à la candidature, face à ce qui constitue le «parlement» du parti de droite. C'est un passage obligé avant le vote qui, du 1er au 4 décembre, désignera le candidat ou la candidate de la droite à l'élection présidentielle. Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Eric Ciotti et Philippe Juvin étaient donc réunis au palais des congrès d'Issy-les-Moulineaux, pour convaincre les responsables locaux et les élus LR qui composent ce Conseil national. L'occasion pour les prétendants de se montrer sous un autre jour que durant les débats télévisés.

Après une photo de famille, Michel Barnier a été le premier à prendre la parole et à répondre aux questions. L'ancien commissaire européen a glissé quelques allusions au «wokisme», à «madame (Sandrine) Rousseau» et a obtenu des applaudissements nourris lorsqu'il a déclaré : «Je ne crois pas aux éoliennes.» Face aux propos «parfaitement libres» des conseillers nationaux, il a aussi été confronté à certaines de ses déclarations passées. Pense-t-il toujours que Laurent Wauquiez est un «populiste»? «Je ne sais pas si j’ai dit ça mais je ne le dirais plus aujourd’hui parce que je ne le pense pas», a répondu Michel Barnier, sans doute conscient de la popularité de l'ancien président de LR dans cette assistance, en même temps que du statut de «faiseur de roi» de Wauquiez dans cette élection.

Récit :Les coulisses du congrès de LR

Xavier Bertrand, ensuite, a réveillé la salle par de vigoureuses justifications sur son retour dans le giron de LR. «Ici on vote en famille, voilà pourquoi(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles