Le chessboxing a droit à sa première compétition en France

Coline Chambolle

INSOLITE - Boxe anglaise et jeu d’échecs sur un même ring, combat et jeu de plateau sur un même terrain. C’est ce qui s’appelle le “chessboxing”. 

Les règles sont simples. Un match se déroule au maximum sur onze rounds, six rounds de quatre minutes aux échecs, cinq rounds de trois minutes à la boxe. Le match commence toujours par un round d’échec, durant lequel les joueurs portent un casque pour s’isoler du bruit de la foule. Ensuite s’enchaînent les rounds, entre lesquels les joueurs peuvent bénéficier d’une minute de pause. 

On peut gagner un match grâce aux échecs, comme lors d’échec et mat, ou encore si le temps prévu est écoulé pour l’un des joueurs. C’est le cas aussi en boxe anglaise en cas de K.O ou d’abandon. 

Un sport sorti d’un livre de fiction 

Ce sport insolite est issu de la bande dessinée de Enki Bilal, “Froid Équateur”, publiée en 1992. Celui-ci est le troisième volet de la trilogie Nikopol, une série de trois ouvrages, “La foire aux immortels”, “La femme piège” et “Froid Équateur” pour clôturer.  

“Je voulais faire une critique d’une société obsédée par la performance. On était à l’époque au début des nouvelles technologies. Emporté dans mon délire, je cherchais une sorte de performance sportive… J’ai souvent utilisé le sport comme une vitrine des idéologies comme le hockey sur glace, ou le foot. Là, je suis parti en quête de ce qui pouvait être l’excellence même d’une performance sportive”, raconte l’auteur à France Inter.

C’est en 2003 que Iepe Rubingh, un artiste hollandais, organise le premier combat de ce sport. Il est désormais le président de l’Organisation mondiale de chessboxing. Les prochains championnats du monde auront lieu en Turquie en décembre 2019.

À voir également sur Le HuffPost: 

LIRE AUSSI

Retrouvez cet article sur le Huffington Post