"Vous cherchez lâchement à vous dédouaner" : La mère du journaliste tué en Ukraine écoeurée par les accusations des Russes

La douleur de perdre son fils associée à la colère du mensonge : alors que Frederic Leclerc-Imhoff a perdu la vie ce week-end, touché par un éclat d'obus alors qu'il couvrait depuis quelques jours le conflit russo-ukrainien, sa mère a eu la mauvaise surprise de voir son fils qualifié de "mercenaire engagé dans la livraison d'armes aux forces armées" par l'armée russe et l'agence de presse Tass, qui tentaient de justifier son décès.

Des allégations qui l'ont véritablement révoltée, comme elle l'a confié à BFM TV ce mardi. Saluant "l'engagement professionnel et personnel" du jeune homme "pour la démocratie, le respect humain et surtout une information libre, impartiale et honnête", elle a publié un communiqué émouvant à l'attention des fautifs russes qui "lui donnent la nausée".

"Bien sûr vous cherchez lâchement à vous dédouaner mais sachez que jamais vous ne réussirez à salir sa mémoire. Tout le monde ici connaît son engagement professionnel et personnel pour la démocratie, le respect humain et surtout une information libre, impartiale et honnête, toutes notions qui semblent bien éloignées de ce qui vous anime", a-t-elle débuté, avant de penser à toutes "les mères ukrainiennes qui pleurent leurs enfants, tous les enfants ukrainiens qui pleurent leurs parents et toutes les mères russes qui ont vu trop tôt leurs jeunes partir soldats, qui ne les reverront pas et qui se demandent...

Lire la suite


À lire aussi

Mort de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste tué en Ukraine : la première réaction de sa maman révélée
Mort de Frédéric Leclerc-Imhoff : qui était le journaliste de BFMTV tué en Ukraine ?
Un ex-chanteur accusé d'avoir tué puis brûlé sa compagne : "Il est incapable d'assumer son acte"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles