Une chercheuse franco-iranienne arrêtée en Iran, Emmanuel Macron demande des "clarifications" à Téhéran

franceinfo avec AFP
Le ministère des Affaires étrangères explique que ses demandes pour entrer en contact avec cette ressortissante sont restées sans réponse. Selon un de ses confrères, elle a été arrêtée début juin.

La France est sans nouvelles d'une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, arrêtée en Iran, a annoncé lundi 15 juillet le ministère français des Affaires étrangères. Cette arrestation survient dans un contexte de tensions croissantes entre les pays occidentaux et la République islamique. "Ce qui s'est passé me préoccupe beaucoup", a commenté Emmanuel Macron, qui dit attendre "des retours et des clarifications" de la part de Téhéran.

Selon un proche, elle a pu voir sa famille

Fariba Adelkhah est anthropologue, chercheuse au Centre de recherches internationales (Ceri) de Sciences Po Paris, docteure en anthropologie de l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et collaboratrice de plusieurs revues scientifiques comme Iranian Studies et la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée.

Les autorités françaises n'ont pas précisé la date de son arrestation. D'après son confrère et ami Jean-François Bayart, joint par l'AFP, celle-ci remonte au 5 juin, alors qu'elle devait rentrer à Paris le 25 juin. Emmanuel Macron a indiqué, lors d'une conférence de presse à Belgrade, en être informé "depuis plusieurs jours".

Jean-François Bayart affirme que la chercheuse est détenue à la prison d'Evin, dans le nord de Téhéran, et qu'elle "a pu recevoir la visite de sa famille et n'est pas maltraitée", malgré la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi