Quand les chercheurs scrutent la peinture de Johannes Vermeer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Célébré par un Doodle de Google, Vermeer est aussi une source d'inspiration pour les chercheurs, comme en témoigne le travail d'investigations scientifiques menées sur le tableau "La Jeune Fille à la perle", analysé en 2018 grâce à une batterie de techniques non invasives.

TECHNIQUE PICTURALE. Le peintre néerlandais Vermeer est célébré par Google via l'un de ses emblématiques "doodles" le 12 novembre 2021 (voir ci-dessous). L'artiste du 17e siècle (1632-1675) serait-il une source d'inspiration pour les maîtres de la Silicon Valley ? Il l'est en tout cas pour les chercheurs, comme en témoigne l'étude originale menée en 2018 sur l'un des plus célèbres tableaux du maître, "La Jeune fille à la perle".

"La Jeune Fille à la perle" scrutée sous toutes les coutures

L'angle d'attaque des scientifiques ? Comment, en 1665, Johannes Veermer est-il parvenu à obtenir les effets de lumière et de transparence de "La Jeune Fille à la perle" ? Par quoi a-t-il commencé ? De quels matériaux étaient faits ses pigments ? A ces questions, la dernière étude scientifique de ce tableau, en 1994, à base de prélèvements d’échantillons et de rayons X, n’avait pas fourni toutes les réponses. D’où une nouvelle approche, avec des techniques plus pointues. Du 26 février au 11 mars 2018, tout en restant exposé pour le public au Mauritshuis de La Haye (Pays-Bas), qui mène le projet, le tableau a ainsi été scruté par plusieurs systèmes non invasifs, sans contact avec l’oeuvre.

Le "doodle" de Google consacré à Vermeer, le 12 novembre 2021. Crédit Google.

Des téraoctets de données enregistrées

Photographie sous lumière ultraviolette, rayons X, spectrométrie de fluorescence des rayons X et infrarouges devraient permettre d’explorer finement les diverses couches de peinture, de connaître la composition des pigments, de savoir comment l’artiste les a répartis sur la toile, de révéler les dessins sous-jacents. Les experts étaient aussi physiquement présents, installés dans une structure fermée en verre où les visiteurs pouvaient les observer. De quoi avoir l'oeil rivé sur la toile, les pigments et l'huile utilisés par le Néerlandais. L'analyse des téraoctets de données enregistrées n'est pas achevée, et il faudra attendre encore pour que soient publiés les résultats.

A.D. av[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles