Des chercheurs ont perturbé les voeux de la ministre Vidal

Lucie Hennequin avec AFP

RECHERCHE - Les promesses de revalorisation salariale n’ont manifestement pas suffi. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, présentait ses voeux au Musée de l’Homme à Paris mardi 21 janvier au soir. Mais la soirée a été interrompue par des manifestants, à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

“Je vais prendre les mesures garantissant que, dès 2021, tout chargé de recherche et tout maître de conférences soit désormais recruté à hauteur d’au moins 2 SMIC, contre 1,3 à 1,4 SMIC aujourd’hui. J’en prends l’engagement devant vous ce soir”, a annoncé Frédérique Vidal, ajoutant que “26 millions d’euros” seront consacrés ”à cette remise à niveau des débuts de carrière”. 

Un geste budgétaire qui n’a pas semblé calmer les esprits. Pendant toute la durée de ces voeux, entre 150 personnes, selon la police, et 250 à 300 de source syndicale, se sont rassemblées à l’extérieur pour dénoncer notamment la “précarité étudiante”, la “loi de programmation de la recherche” mais aussi le projet de réforme des retraites, selon la présidente de l’Unef Mélanie Luce qui était présente.

Devant le musée, à l’appel du collectif “Facs et labos en lutte”, des représentants syndicaux ont distribué des flyers avec les voeux de l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche. “Nous souhaitons que nos luttes soient couronnées de succès pour obtenir : 1. le retrait de la réforme des retraites par points et le maintien du calcul des pensions sur la base des 6 derniers mois; 2. une loi de programmation pluriannuelle pour la recherche soutenant un véritable service public de recherche”, indiquaient-ils.

D’après Mélanie Luce, “le rassemblement était pacifique, il n’y a pas eu de charge sur la manifestation, mais un manifestant a été frappé et blessé à l’arcade sourcilière”. Vers 20h45 les derniers manifestants, une cinquantaine, étaient reconduits vers le métro Trocadéro par un cordon de CRS alors...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post