Des chercheurs pensent avoir découvert le légendaire temple d'Hercule Gaditanus

·2 min de lecture

Une équipe espagnole d'archéologues a annoncé avoir localisé grâce au LiDAR d'importants vestiges sous-marins dans la baie de Cadix, sur la côte andalouse. Ils pourraient s'agir des restes de l'un des sanctuaires les plus renommé de l'Antiquité - celui d'Hercule Gaditanus, recherché depuis des siècles.

Le temps a la particularité de faire oublier le faste passé de certains lieux. Il en est un qui n’a, par exemple, plus de somptueux que les descriptions faites à son sujet dans la littérature par ses contemporains. Le temple d'Hercule Gaditanus, du nom du port antique de Gadès - l'actuelle Cadix, en Espagne -, aurait été l’un des lieux de culte les plus importants de Méditerranée occidentale durant l’Antiquité. Construit par les au 9e siècle av. J.C. au moins, peut-être au 12e, il aurait été originellement dédié au dieu Melqart (ou Melkart), équivalent du demi-dieu grec Héraclès, avant d’être transformé par les Romains en espace consacré au culte d’Hercule, évolution romaine de Melqart.

À en croire les archives greco-romaines, se seraient rendus entre ses murs des personnages illustres tels que le conquérant carthaginois Hannibal Barca, considéré comme l'un des plus grands tacticiens militaires de l’histoire, ou encore Jules César qui, selon certaines sources, aurait versé une larme devant une représentation de l’empereur Alexandre Le Grand : il redoutait de ne jamais égaler la grandeur de son héros.

Un site de légende

Longtemps recherché, jamais retrouvé, le temple d’Hercule Gaditanus est donc devenu au fil des siècles un "serpent de mer archéologique", l’un de ces lieux mythique au sujet duquel les spécialistes sont incapables de s’entendre. Vont-ils justement se mettre enfin d’accord, alors qu’une équipe d'archéologues de l'Université de Séville, soutenue par l'Institut andalou du patrimoine historique (IAPH), affirme avoir repéré dans un canal peu profond de la baie de Cadix, entre le lieu-dit de Camposoto et celui de Sancti Petri, les vestiges d’une structure monumentale qui pourrait s’apparenter à celle du fameux sanctuaire ?

"Nous, les chercheurs, sommes très réticents à transformer l'archéologie en spectacle, mais dans ce cas précis, nous sommes confrontés à des découvertes spectaculaires. Elles sont d'une grande importance", a déclaré Francisco José Garcí[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles