Des chercheurs misent sur le bois pour construire des satellites moins polluants

·2 min de lecture

A l'heure des méga-constellations qui vont voir des centaines de satellites rentrer dans l'atmosphère chaque année, laissant derrière eux des myriades de particules métalliques en suspension dans l'atmosphère, des chercheurs japonais misent sur le bois pour construire les satellites de demain.

Construire des satellites en bois, c'est la solution japonaise à la pollution engendrée par la rentrée atmosphérique des satellites. Fin décembre 2020, l'entreprise japonaise Sumitomo Forestry a annoncé qu'elle entrait en phase de fabrication d'un mini-satellite en bois baptisé Lignosat, un projet développé avec l'université de Kyoto. Sumitomo Forestry contrôle 40 500 hectares de forêt au Japon et explore toutes les voies de développement de ce matériau renouvelable, depuis les habitations terrestres jusqu'aux applications orbitales. “La principale question à résoudre est de savoir si des matériaux naturels et renouvelables comme le bois peuvent être utilisés comme éléments de base pour les vaisseaux spatiaux et leurs instruments. Cette question devrait être un sujet essentiel si l'on envisage sérieusement l'exploration future de l'espace", explique Yosuke Yamashiki, professeur à l'université de Kyoto, à l'origine du projet avec l'ancien astronaute Takao Dai.

Le bois aurait l'avantage de se consumer entièrement

Les chercheurs de l'université de Kyoto soulèvent en effet la question de la composition actuelle des satellites en orbite. Lorsque les satellites en orbite basse retombent vers le sol en fin de vie, à partir de 100 km d’altitude l’atmosphère devient suffisamment dense pour engendrer des frottements importants qui les échauffent et finissent par les consumer. Mais leurs composants en aluminium, Kevlar et autres alliages métalliques, disséminent des milliers de particules polluantes dans la haute atmosphère où elles vont demeurer des années durant. Un problème environnemental encore mal connu à l’heure où se déploient des mégaconstellations de milliers de satellites. Le bois aurait l'avantage de se consumer entièrement, sans rien laisser derrière lui dans l'atmosphère, selon les chercheurs de l'université de Kyoto. L’autre avantage d’une coque externe en bois est qu’elle est perméable aux ondes électromagnétiques : les antennes pourraient donc être placées à [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi