Des chercheurs dressent le portrait de l’ancêtre des eucaryotes, ce groupe du vivant auquel nous appartenons

© Thiago Rodrigues-Oliveira, Université de Vienne

Des chercheurs des universités de Vienne et Zurich ont étudié en détail une espèce d’archée permettant d’en apprendre davantage sur l’origine des eucaryotes, la lignée cellulaire à laquelle appartiennent tous les êtres vivants multicellulaires.

Durant l’ère du paléoprotérozoïque, il y a environ deux milliards d’années, les eucaryotes, la lignée phylogénétique de l’ensemble des êtres vivants possédant des cellules avec un noyau, apparaissent sur Terre. Ces êtres unicellulaires vivaient sur un astre bien différent de celui connu de tous. C'était une planète aux eaux rouges ponctuées de bouts de terre émergés. Cette couleur bien particulière était due à un événement nommé "Grande Oxydation" qui s’est traduit par un pic d’oxygène dans l’atmosphère dû à la prolifération de cyanobactéries produisant cette molécule en réalisant la photosynthèse.

La plupart des êtres vivants de cette époque ne pouvaient pas consommer d’oxygène, celui-ci a donc agit comme un poison pour la grande majorité du vivant, entraînant une extinction massive et faisant rougir l’océan par la même occasion en oxydant les particules de fer qui s’y trouvaient. Les eucaryotes étaient parfaitement adaptés à ce nouvel environnement, car ils pouvaient consommer l'oxygène pour produire du CO2, mais leur origine exacte est embaumée de mystère. De nombreuses découvertes récentes ont tout de même permis de mettre en lumière plusieurs scénarios plausibles.

Dans une étude publiée au sein de la revue Nature, des chercheurs des universités de Zurich, en Suisse, et Vienne, en Autriche, ont dressé le portrait d’un des acteurs principaux des 2 scénarios les plus plébiscités par la communauté scientifique. Ils ont tous deux les mêmes protagonistes, une archée ainsi qu’une bactérie, et arrivent à la même conclusion : l’apparition d’une cellule à l’organisation complexe possédant un noyau et des organites. Dans cette publication, les chercheurs se sont focalisés sur l’espèce d’archée Candidatus Lokiarchaeum ossiferum faisant partie du super-embranchement Asgard.

2 scénarios partageant la même conclusion : l’eucaryogénèse

Le monde vivant est décomposé en deux super-règnes : les procaryotes, composés des bactéries et des archées, et les eucaryotes. Pourtant, les a[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi