Des chercheurs découvrent une nouvelle illusion d'optique

·2 min de lecture

Une ligne grise qui, une fois bordée par deux lignes blanches, apparaît rouge : c'est la nouvelle illusion d'optique découverte par deux chercheurs japonais.

Coup double pour deux chercheurs de l'Université technique de Toyohashi (Japon) : ces derniers ont découvert une nouvelle illusion d'optique et ont, dans le même temps, éclairé d'un jour nouveau une contradiction centenaire.

Effet Helson-Judd versus troisième loi de Kirschmann

Retour au 19e siècle : Michel-Eugène Chevreul, un chimiste français, est directeur des teintures des manufactures royales aux Gobelins. Il se rend alors compte de quelques imprévus concernant des colorants textiles. Dans son traité ", son fils écrit en introduction que "M. Chevreul avait reçu des plaintes sur la qualité de certaines couleurs sorties de son atelier". Il "constata que le défaut de vigueur reproché à ses noirs tenait du phénomène du contraste de couleur et provenait de la couleur qu'on y juxtaposait". "Cette observation fut le point de départ des études qui ont conduit mon père à établir les règles de la 'Loi du contraste simultané des couleurs'", poursuivait le fils du chimiste. Ce phénomène a par ailleurs conduit à s'affronter deux théories distinctes. La troisième loi de Kirschmann et l'effet Helson-Judd.

"La troisième loi de Kirschmann est l'une des cinq lois du contraste de couleur rapportées par le psychologue allemand August Kirschmann en 1891, explique à Sciences et Avenir le chercheur japonais Kowa Koida. Le contraste de couleur fait référence à l'effet des couleurs environnantes sur la cible centrale, provoquant une perception des couleurs opposées à l'environnement, ce que l'on appelle la couleur complémentaire". "Le contraste de couleur est plus prononcé lorsque la luminosité de la périphérie et du centre sont égales : c'est le fait que Kirschman a souligné", reprend le chercheur.

L'effet Helson-Judd doit son nom au psychologue Harry Helson qui l'a remarqué en 1938 et au physicien Deane B. Judd qui l'a formulé deux ans plus tard. "Lorsque nous regardons un objet, nous regardons généralement la lumière réfléchie permise par l'éclairage, remarque Kowa Koida. Si la coule[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi