Des chercheurs américains découvrent un moyen de contrôler la réaction inflammatoire

·2 min de lecture

Des chercheurs de l’Université de l’Illinois à Chicago ont démontré que l’on peut annuler un phénomène de mort cellulaire jusqu’à maintenant considéré comme irréversible : la pyroptose.

Alors qu’elle était considérée comme irréversible, la mort des cellules déclenchant une réaction inflammatoire est maintenant contrôlable. Dans , une équipe de chercheurs américains de l’Université de l’Illinois à Chicago a démontré que l’on pouvait contrôler la pyroptose, une forme de mort cellulaire qui se produit généralement lors d’une infection et qui se traduit par une inflammation des cellules concernées.

En combinant diverses méthodes d’analyses cellulaires, ils ont pu mettre en évidence un moyen d’arrêter ce phénomène. Cette avancée pourrait permettre de traiter plus efficacement les maladies qui induisent des réactions inflammatoires trop fortes, comme certains cancers ou même le Covid-19.

La pyroptose : un mécanisme à double tranchant

La pyroptose se met en place après une série de réactions biochimiques utilisant la protéine appelée gasdermine (GSDMD). Lorsque la cellule est agressée par un facteur extérieur (virus, bactérie..), une enzyme, la caspase, active la gasdermine qui ouvre des pores dans la membrane cellulaire. Ces ouvertures permettent aux cytokines (pro IL1-B), des molécules pro-inflammatoires, de sortir de la cellule et de déclencher la réponse inflammatoire de l’organisme, la réaction immunitaire innée. Ces molécules poussent notamment des cellules immunitaires à entrer en action, comme les macrophages, qui “digèrent” les corps étrangers avec lesquels ils entrent en contact.

C’est à cause de l’ouverture de ses pores que la cellule meurt car son équilibre interne est modifié. Cette fin cellulaire funeste est appelée pyroptose. L’inflammation qui fait suite à ce phénomène se traduit par divers symptômes comme de la fièvre et des rougeurs. En temps normal, elle s’arrête pour laisser place à la réaction immunitaire acquise, qui s’attaque spécifiquement à la source de l’infection et n'entraîne pas de symptômes supplémentaires.

Cependant, il peut arriver que le système déraille et que l’inflammation empire. Ce phénomène met le corps dans un état [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles