Chenilles processionnaires : comment se protéger des poils urticants ?

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Animal, Butterfly - Insect, Insect, Invertebrate, Lepidoptera

Pour limiter au maximum l'exposition aux poils urticants des chenilles processionnaires, l'Anses rappelle les bonnes pratiques.

Avec l’arrivée des beaux jours, des petits insectes font leur retour. Cette année encore, les chenilles processionnaires vont venir perturber les promenades en forêt et coloniser les jardins. Faciles à reconnaître, elles se déplacent en file indienne sur les pins ou les chênes. Elles sont équipées de petits poils urticants responsables de réactions inflammatoires chez les humains et les animaux.

Comme le rappelle l’Anses, certains gestes simples peuvent aider à se protéger des poils urticants. "Ils peuvent provoquer des réactions inflammatoires notamment sur la peau (rougeurs, démangeaisons, douleur cutanée, œdème localisé, urticaire et parfois petites cloques), les yeux (conjonctivite, larmoiement, douleur oculaire) ou les voies respiratoires (toux, gêne respiratoire), parfois graves chez les personnes ou les animaux qui y sont exposés", détaille l’Agence de santé. Pour ressentir ces désagréments, pas besoin de les toucher puisque les poils sont transportés par le vent.

Contactez le 15

Ainsi, pour limiter au maximum les risques, l’Anses recommande de ne pas s’approcher et ne pas toucher les chenilles ou leur nid. De même, il faut éviter que les enfants s’approchent de ces insectes. Lors d’une promenade à l’extérieur, il est conseillé de choisir des vêtements longs. De plus, mieux vaut ne pas faire sécher son linge près d’une zone avec une forte concentration de chenilles. Au retour d’une promenade, il est conseillé de prendre une douche, d’éviter de se frotter les yeux et de mettre des vêtements propres.

Malgré toutes les précautions, certaines personnes réagissent de manière très virulente aux chenilles processionnaires. "En cas de signes d’urgence vitale (détresse respiratoire…), appeler le 15 ou consulter aux urgences. En cas de signes d’intoxication, consulter un médecin ou appeler le centre antipoison", recommande l’Anses. Enfin, en cas de contact entre ces insectes et les animaux domestiques, il est recommandé de consulter rapidement un vétérinaire.

Ce contenu peut également vous intéresser :