La chenille comestible du Botswana, une protéine qui se fait rare

franceinfo avec AFP

La sécheresse qui frappe l’Afrique australe a des conséquences sur la récolte du vers dit mopane, du nom de l'arbre qui l'héberge, connu pour ses vertus nutritionnelles. Les producteurs, principalement des femmes, se plaignent d’une récolte faible.

Sans pluie, peu de chenilles

Dans le centre et le nord du Botswana, les chenilles mopanes servent à enrichir en protéines les repas des populations locales. Les habitants les ramassent sur les troncs des arbres mopanes que l’on ne trouve qu'en Afrique australe. Mais cette année, en raison de la sécheresse, la récolte a été maigre.

Aujourd'hui, on ne peut plus compter sur les pluies, ni même les prévoir. (…) On avait l'habitude de récolter les chenilles de décembre à avril, c'est fini

Onaletha Mbakile, productrice de chenilles

à l'AFP

Un insecte très prisé

La chenille est l'un des produits phares des forêts de mopanes au sud du Zimbabwe, au Botswana et au nord de l’Afrique du Sud, selon l'Organisation des Nations unies pour l'Agriculture (FAO). Près de 9,5 milliards de larves de mopanes sont récoltées chaque année et rapportent quelque 85 millions de dollars, dont la moitié revient aux petits producteurs. Ces insectes très appréciés sont ramassés la plupart du temps par des femmes, qui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi