Chems-Eddine Hafiz : « La laïcité est une chance pour l’islam »

Par Thomas Bourgeois-Muller
·1 min de lecture
Le recteur de la Grande Mosquée de Paris est l'invité de la première partie du « Point des idées » cette semaine. Liberté d'expression, chrétiens d'Orient, « charte des principes pour l’islam de France », autant de sujets abordés par l'ancien vice-président du CFCM (Conseil français du culte musulman).
Le recteur de la Grande Mosquée de Paris est l'invité de la première partie du « Point des idées » cette semaine. Liberté d'expression, chrétiens d'Orient, « charte des principes pour l’islam de France », autant de sujets abordés par l'ancien vice-président du CFCM (Conseil français du culte musulman).

« Cette ?charte des principes de l'islam de France? a eu la vertu de la clarification. » Après l'annonce du retrait « définitif » de la fédération de la Grande Mosquée de Paris du bureau exécutif du Conseil français du culte musulman (CFCM), le recteur Chems-Eddine Hafiz revient notamment sur ce départ dans « Le Point des idées ». Le 18 janvier dernier, il faisait partie de ceux qui ont présenté à Emmanuel Macron la « charte des principes pour l'islam de France », que trois fédérations composant l'instance (sur neuf) ont depuis refusé de signer. Aujourd'hui, il explique ne plus pouvoir « se mettre à la table avec [c]es fédérations ». Celles-ci « ont quelque chose à se reprocher », dénonce-t-il en plateau.

À LIRE AUSSIMosquée de Strasbourg : Macron tacle des collectivités « trop complaisantes »

L'occasion pour le recteur de revenir sur l'esprit de cette charte, sur les enjeux de sa rédaction et sur sa propre vision de l'intégration de la religion musulmane au sein de ce qu'il appelle la « communauté nationale ». Aujourd'hui, selon lui, « des organisations préfèrent que la composante musulmane soit à l'extérieur parce que c'est là qu'elles ont une légitimité ». Chems-Eddine Hafiz dit souhaiter « montrer à la composante musulmane » et à « la société française » que « cette imbrication est naturelle ». Selon lui, la laïcité à la française est même « une chance pour l'islam » : « Aujourd'hui, nous avons 2 800 cultes. Nous prions, nous faisons notre jeûne, nous fa [...] Lire la suite