Le chemin de croix des fans de Taylor Swift pour obtenir des places de concert

Vingt et un mille six cents dollars, soit 21 500 euros. C’est le prix demandé par le site de revente de billets StubHub pour une place en fosse pour voir Taylor Swift, le 26 mai, au MetLife Stadium, dans le New Jersey, rapporte CNN. C’est loin d’être la plus chère, observe le site de la chaîne : “Les places en fosse pour la soirée d’ouverture de la tournée, le 17 mars à Glendale, en Arizona, coûtent jusqu’à 17 010 dollars [16 960 euros], tandis que celles pour le spectacle de Swift à Atlanta le 28 avril coûtent jusqu’à 35 438 dollars [35 330 euros]”.

Tout a commencé par l’ouverture en prévente des places pour la tournée The Eras Tour de l’artiste – la première depuis quatre ans – par Ticketmaster, mardi 15 novembre. Des millions de “Swifties” se sont rués sur le site de vente de billets, au point que le système informatique est tombé en panne, rapporte la BBC. Pris de longues heures dans le système de “salle d’attente” du site sans réussir à acheter une place, beaucoup de fans sont repartis bredouilles. Certains, comme Nancy, partagent leur colère : “Nous sommes à leur merci.” Les places, dont le tarif variait entre 50 et 450 dollars sur Ticketmaster, sont très vite réapparues sur les sites de revente à des prix exorbitants.

Des sites gangrenés par les revendeurs

Autrefois revendeur de billets, le journaliste Jason Koebler argue dans Vice que la popularité de Taylor Swift explique en partie la situation actuelle : la demande est bien supérieure au nombre de billets disponibles. Mais il y a d’autres “raisons exaspérantes”, ajoute-t-il. “Seule une partie des billets sont disponibles à la vente au public.” La plupart sont vendus dans diverses “préventes” – ou “ventes privées”, réservés à un nombre restreint de personnes. Censées donner plus de chances aux fans d’obtenir le précieux sésame, elles sont en fait dominées par les revendeurs “professionnels”, qui obtiennent le gros des stocks.

“Les revendeurs ont un logiciel qui leur permet de saisir non pas une ou deux places en ligne, mais des centaines ou des milliers de places en ligne.”

[...] Lire la suite sur Courrier international