Chelsea-Bayern: la principale qualité de Robert Lewandowski n'est pas peut-être celle que vous pensez

1 / 2

Chelsea-Bayern: la principale qualité de Robert Lewandowski n'est pas peut-être celle que vous pensez

Pour Michel Platini, le contrôle est "le premier geste, le plus beau, le plus élégant" (Parlons Football, 2014). Mettre son pied en opposition d’un ballon qui roule est un réflexe universel ; parvenir à en maîtriser la trajectoire sous la pression d'une meute de loups affamés est toutefois le privilège de quelques-uns, capables d'apprivoiser cette sphère capricieuse qui ne demande qu’à s’échapper.

Robert Lewandowski est de ces dompteurs d'élite. L’analyse de ses trente-deux tirs et dix buts en phase de poules de Champions League cette saison ne dévoile pas seulement l’intelligence de son jeu sans ballon, lui permettant d'attaquer les bons espaces au sein d’une défense, ni son flair et son instinct de buteur le menant au bon endroit au bon moment. Si le Polonais est un buteur aussi redoutable, c’est aussi parce que sa première touche de balle le met quasi systématiquement en position de marquer.

En matière de technique, Alfred Galustian fait figure d’autorité mondiale. Dans les années quatre-vingt, avec son compatriote Charlie Cooke, l’Anglais a co-fondé la méthode Coerver, inspirée des préceptes de l’ancien entraîneur néerlandais Wiel Coerver. Elle repose sur un travail analytique de maîtrise du ballon, par la répétition des gestes. "Il est essentiel que la première touche soit excellente, confiait Galustian à FourFourTwo en janvier 2018. Ce n’est pas aussi simple que contrôler le ballon. C’est amortir le ballon...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi