Hong Kong: Chefs de la sécurité et représentants de Pékin dénoncent le "terrorisme"

1 / 3

Hong Kong: Chefs de la sécurité et représentants de Pékin dénoncent le "terrorisme"

LA POLICE A INDIQUÉ AVOIR ARRÊTÉ PLUS DE 180 PERSONNES

HONG KONG (Reuters) - Les chefs de la sécurité et de la police à Hong Kong ont déclaré lundi que le "terrorisme" se développait dans le territoire semi-autonome, alors que les différentes administrations locales multiplient les déclarations de soutien au projet de la Chine d'y imposer une loi de sécurité nationale.

La représentation du ministère chinois des Affaires étrangères à Hong Kong a pour sa part affirmé lundi que certaines actions menées lors des manifestations en faveur de la démocratie l'an dernier étaient "terroristes par nature". Elle a en outre estimé que les "fauteurs de troubles" étaient en connivence avec des forces étrangères, constituant un "danger imminent" pour la sécurité nationale.

Xie Feng, commissaire du ministère chinois des Affaires étrangères à Hong Kong, a tenu ces propos lors d'un discours visant à rassurer les investisseurs étrangers sur le fait que le projet de Pékin d'imposer une loi de sécurité nationale dans l'ancienne colonie britannique ne les affecterait pas.

Selon lui, ce projet de législation permettrait au contraire de "soulager les graves inquiétudes des communautés économiques locales et étrangères au sujet des forces violentes et terroristes".

Une importante manifestation, la plus vaste depuis l'instauration du confinement destiné à lutter contre l'épidémie liée au coronavirus, a eu lieu dimanche à Hong Kong où la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les contestataires.

La police a indiqué avoir arrêté plus de 180 personnes lors de cette manifestation.

"Le terrorisme se développe dans la ville et les activités nuisant à la sécurité nationale, comme 'l'indépendance de Hong Kong', deviennent plus endémiques", a déclaré le secrétaire à la Sécurité, John Lee, dans un communiqué.

"En l'espace de quelques mois seulement, Hong Kong est passé de l'une des villes les plus sûres au monde à une ville enveloppée par l'ombre de la violence", a-t-il ajouté, soulignant que des lois de sécurité nationale étaient nécessaires pour protéger la prospérité et la stabilité de Hong Kong.


LES MANIFESTATIONS DEVRAIENT REPRENDRE MERCREDI

Le chef de la police, Chris Tang, a tenu des propos similaires.

Il a affirmé que, depuis le début du mouvement de contestation en juin dernier, les forces de l'ordre avaient saisi à 14 reprises des explosifs "habituellement utilisés dans des attaques terroristes à l'étranger".

Le projet de loi sur la sécurité nationale "aidera à combattre la force de 'l'indépendance de Hong Kong' et à restaurer l'ordre social", a dit Chris Tang. "La police le soutient totalement."

Les manifestations devraient reprendre mercredi à Hong Kong, à l'occasion de l'examen en seconde lecture au Parlement de la ville d'un texte criminalisant l'outrage à l'hymne national chinois.

Le projet de loi chinois sur la sécurité pour Hong Kong, dont Reuters a pu consulter une ébauche la semaine dernière, prévoit une transposition rapide des règles sécuritaires nationales dans la Loi fondamentale - qui fait office de Constitution pour le territoire semi-autonome - afin de lutter contre les activités sécessionnistes, subversives et terroristes ainsi que contre les ingérences étrangères.

Plusieurs administrations ou services publics à Hong Kong, comme les douanes ou les pompiers, ont publié des communiqués soutenant le projet de loi porté à Pékin, à propos duquel les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, notamment, ont fait part de leur inquiétude.

Dans un communiqué publié dimanche soir, un porte-parole de l'exécutif de Hong Kong a dit que l'immense majorité des habitants de la ville et des investisseurs étrangers n'avaient "rien à craindre" de ce projet de loi et il a dénoncé les critiques venant de l'extérieur.

"Malheureusement, et peut-être de manière révélatrice, ceux qui prétendent agir dans l'intérêt de Hong Kong ferment les yeux sur les explosifs, les bombes incendiaires, les armes à feu, les armes, les agressions sur les passants, le vandalisme gratuit, le harcèlement en ligne et les campagnes de désinformation auxquels ont recours les manifestants radicaux et leurs manipulateurs cachés pour propager la peur et le chaos et déstabiliser la société", a-t-il écrit.


(Twinnie Siu, Jessie Pang, James Pomfret, Anne Marie Roantree et Clare Jim ; version française Jean Terzian, Bertrand Boucey et Myriam Rivet, édité par)