Le chef rebelle libérien Kunti Kamara condamné à la réclusion à perpétuité

AFP - BENOIT PEYRUCQ

Jugé à Paris pour les exactions commises durant la guerre civile au Liberia, l'ancien chef rebelle du groupe Ulimo, Kunti Kamara a été déclaré mercredi 2 novembre coupable de crimes contre l'humanité et condamné à la réclusion à perpétuité.

Après trois semaines de plongée dans la guerre civile au Liberia et ses atrocités, la cour d'assises de Paris a rendu ce mercredi sa décision concernant l'ex-commandant rebelle Kunti Kamara, en le condamnant à la prison à perpétuité.

Après plus de dix heures de délibération, Kunti Kamara a été déclaré coupable de tous les chefs d'accusation retenus contre lui : crimes contre l’humanité, complicité de crimes contre l’humanité et de tortures et barbarie simples et aggravées. L'ex-rebelle libérien a écouté, il est resté mutique, le visage fermé, il n’a pas eu de véritable réaction, rapporte notre envoyé spécial au palais de justice de Paris, Sébastien Nemeth.

« Mettre fin à l'impunité au Liberia »

C'est une satisfaction évidemment pour les parties civiles et plusieurs dizaines de victimes qui sont venues du Liberia témoigner à la barre pendant ces trois semaines d’un procès historique. C’était en effet la première fois que la justice française se saisissait d’un dossier relatif à la guerre civile au Liberia.

« C'est une décision satisfaisante pour les parties civiles. Il était important qu'au fil de ces audiences, elles soient entendues, crues et que leurs paroles soient considérées comme authentiques. Cette décision vient concrétiser ces attentes », explique Me Sabrina Delattre, l’avocate qui représentait les parties civiles.


Lire la suite sur RFI