Le chef de l'ONU appelle à réagir sur le climat et le Covid

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Le chef de l'ONU Antonio Guterres, le 29 avril 2021, à Genève (AFP/Fabrice COFFRINI)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le monde avance "dans la mauvaise direction", a déploré vendredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en critiquant un endormissement de la planète face à l'urgence de mener des actions en matière climatique comme dans le domaine de la vaccination contre le Covid-19.

L'épidémie de "Covid-19 est un signal d'alarme - et nous continuons de dormir", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse et à l'occasion d'un discours devant les 193 pays membres de l'Assemblée générale de l'ONU pour présenter sa vision pour les 25 ans à venir.

"La pandémie a démontré notre échec collectif à nous rassembler et à prendre des décisions communes pour le bien commun, même face à une urgence mondiale immédiate et potentiellement mortelle", a-t-il souligné.

Le chef de l'ONU a en particulier regretté que les pays producteurs de vaccins aient été incapables à ce jour de s'entendre pour doubler la production et arriver à vacciner quelque 70% de la population mondiale d'ici au premier semestre 2022.

Interrogé par des médias sur un éventuel report de la COP 26, prévue du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow en Ecosse, alors que les négociations ne semblent pas connaître d'avancées, Antonio Guterres a répondu qu'il n'y était pas favorable. Il a exhorté les Etats-Unis et la Chine à faire des pas pour faciliter un accord.

"Retarder la COP n'est pas une bonne chose" et "les retards sont déjà trop nombreux pour un problème aussi urgent", a-t-il dit, en rejetant l'idée que l'absence de vaccination des participants à la conférence puisse être un frein à son organisation. "Juste pour donner un exemple, la ville de New York a proposé à tous les délégués" participant à compter du 21 septembre à l'Assemblée générale annuelle de l'ONU "la possibilité de se faire vacciner et nous aurons un système pour le faire", a-t-il précisé.

Dans la perspective de la COP 26, "nous comprenons qu'il y a des problèmes dans les relations entre les Etats-Unis et la Chine mais ces problèmes ne doivent pas interférer avec la nécessité pour les deux pays de faire tout leur possible pour assurer un succès" de la prochaine conférence, a souligné Antonio Guterres.

- Etats-Unis et Chine -

"Nous avons besoin d'un engagement plus fort des Etats-Unis, notamment dans le financement du développement, pour les questions de développement liées au climat, l'adaptation, et nous avons besoin d'un effort supplémentaire de la Chine en ce qui concerne les émissions" de gaz à effet de serre, a-t-il précisé.

Le 21 septembre, à la veille de l'Assemblée générale, Antonio Guterres organisera un sommet à huis clos sur le climat avec une quarantaine de participants afin d'accentuer la mobilisation des Etats à l'approche de la COP 26.

"Les choix que nous faisons ou ne faisons pas aujourd'hui pourraient entraîner un nouvel arrêt ou une nouvelle percée vers un avenir plus écologique, meilleur et plus sûr", a-t-il relevé.

"Il est maintenant temps de renouer avec la solidarité mondiale et de trouver de nouvelles façons de travailler ensemble pour le bien commun", a-t-il souligné, en évoquant la création d'une plateforme d'urgence en cas de nouvelle crise mondiale, d'un poste d'émissaire de l'ONU pour les futures générations ou la tenue en 2023 d'un "sommet mondial sur l'avenir".

"Les conclusions du sommet pourraient porter sur des questions telles que la protection sociale universelle, la couverture sanitaire universelle, le logement convenable, l’éducation pour tous et le travail décent, dans le cadre d’une économie mondiale plus équitable et plus solidaire, pour que ce soit possible partout", a-t-il dit à l'Assemblée générale.

"Le moment est venu de penser à long terme, d'offrir plus aux jeunes et aux générations futures", a-t-il lancé.

Antonio Guterres a répété ses appels en faveur d'un "plan mondial de vaccination" pour venir à bout de la pandémie de Covid-19 et la nécessité de "mesures urgentes et audacieuses pour faire face à la triple crise du dérèglement climatique, de la perte de biodiversité et de la pollution qui détruisent la planète".

Jusqu'à présent cependant, ses appels sont restés largement lettre morte.

prh/cjc

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles