Le chef du groupe État islamique en Syrie tué dans une frappe de drone américaine

Maher Al-Agal, "l'un des cinq plus hauts dirigeants" de l'EI, a été tué alors qu'il roulait à moto près de la ville de Jindires et son plus proche conseiller a été "gravement blessé".

SYRIE - Le chef du groupe État islamique en Syrie a été tué ce mardi 12 juillet dans une frappe de drone américaine dans le nord-ouest du pays, a annoncé le Pentagone.

Maher Al-Agal, présenté comme “l’un des cinq plus hauts dirigeants” de l’EI, a été tué alors qu’il roulait à moto près de la ville de Jindires et son plus proche conseiller a été “gravement blessé”, a précisé à l’AFP le porte-parole du Commandement central du Pentagone, le lieutenant-colonel Dave Eastburn.

Il existe peu d’informations sur Maher al-Agal, présenté par l’OSDH comme “le gouverneur pour le Levant” de l’organisation jihadiste. Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie voisine et la conquête de vastes territoires, l’EI a vu son “califat” autoproclamé être renversé sous le coup d’offensives successives dans ces deux pays, respectivement en 2017 et 2019.

Perturber les capacités de l’EI à préparer et perpétrer des attentats

Maher al-Agal était “chargé de poursuivre de façon agressive le développement des réseaux de l’EI hors d’Irak et de Syrie”, et “l’élimination de ces dirigeants de l’EI va perturber les capacités de l’organisation terroriste à préparer et perpétrer des attentats dans le monde”, a affirmé le porte-parole du Commandemant central, le colonel Joe Buccino.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG disposant d’un vaste réseau de sources en Syrie, a confirmé la mort de Maher al-Agal dans une frappe de drone.

Les Forces démocratiques syriennes, alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington, ont pour leur part indiqué qu’une personne avait été tuée et une autre blessée dans une frappe aérienne visant une moto dans la région d’Alep, sans identifier les victimes.

En février, le président américain Joe Biden avait annoncé la mort de l’ancien dirigeant de l’EI, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi, qui s’était fait exploser au cours d’une opération des forces spéciales américaines dans le nord-ouest de la Syrie, région sous contrôle de jihadistes.

À voir également sur Le HuffPost: Cette famille de réfugiés syriens accueillie en Italie grâce à cette photo primée

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

VIDÉO - La France rapatrie 35 mineurs et 16 mères détenus dans des camps syriens

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles