Un chef d'entreprise touchant 10 000 euros par mois condamné pour abandon de famille

·2 min de lecture
L'affaire a récemment été jugée au tribunal de Nantes (Photo : Media Raw Stock/Getty Images/iStockphoto)

Malgré ses revenus conséquents, le dirigeant a accumulé plusieurs milliers d'euros d'arriérés de pension alimentaire.

Il a manqué à ses devoirs, alors même que sa situation est très confortable. Un homme résidant à Saint-Aignan-de-Grand-Lieu (Loire-Atlantique) a été jugé coupable d'"abandon de famille" par le tribunal correctionnel de Nantes, le 28 septembre dernier, au terme d'un procès intenté par son ex-épouse.

8100 euros d'arriérés de pension alimentaire

Comme l'explique Le Courrier du Pays de Retz, l'individu en question, chef d'entreprise de son état, a ainsi à plusieurs reprises fait le choix de ne pas verser en intégralité la pension alimentaire due à son ancienne compagne suite à leur séparation. Au total, ce sont ainsi pas moins de 8100 euros d'arriérés que la jeune femme n'a pour le moment jamais reçus.

"Cela dure ainsi depuis le départ, a affirmé l'avocate de cette dernière lors de l'audience. S’il est vrai que ma cliente n’est pas à la rue aujourd’hui et qu’une partie des charges de la maison est réglée, il n’en reste pas moins qu’elle fait face à d’autres charges, comme l’entretien de la chaudière… Elle n’a ainsi pas pu se payer certaines formations."

Des revenus "tout à fait conséquents"

La réticence de l'ex-mari à verser ce que la justice lui a imposé de payer se comprend par ailleurs d'autant moins que celui-ci dispose, comme l'a souligné le procureur de la République au cours du procès, de revenus "tout à fait conséquents" : le chef d'entreprise gagne en effet 10 000 euros par mois !

Ce dernier élément a conduit la juge en charge de cette affaire à rendre un verdict proche des réquisitions initiales. L'individu a ainsi été condamné à verser 1000 euros de dommages et intérêts à la victime, plus 600 euros pour les frais de justice de cette dernière, mais aussi à rembourser au plus vite ces 8100 euros d'arriérés. Si cela n'est pas fait avant le 14 décembre 2021, le chef d'entreprise indélicat pourrait voir sa sanction alourdie.

VIDÉO - Patron Incognito : comment les chefs d'entreprise sont-ils grimés et relookés ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles