Le chef de la diplomatie européenne en visite à Moscou deux jours après la condamnation de Navalny

·1 min de lecture

Ce déplacement était prévu de longue date et il n’a pas été question de le remettre à plus tard à cause des rebondissements des dernières heures. Le Haut Représentant de l’Union européenne, Josep Borrel, débute jeudi une visite de deux jours en Russie, au lendemain de la condamnation de l'opposant russe Alexeï Navalny à plusieurs années de prison ferme. De source européenne, 17 pays-membres sur 27 ont estimé que cette mission de Josep Borrel à Moscou était nécessaire et devait être maintenue.

Dans l’entourage du diplomate espagnol, on affirme que ce voyage en Russie n’est aucunement assimilable à une "caution" accordée au régime du président Poutine mais qu’il s’agit d’une occasion forte de dire aux autorités russes "nos vérités sur nos divergences". Josep Borrel devrait d’ailleurs profiter de son séjour sur place pour aller à la rencontre de certains représentants de la "société civile" russe, liés de près ou de loin au mouvement de contestation initié par Alexeï Navalny. 

Josep Borrell fera part de "l’extrême vigilance" des Européens

On estime à Bruxelles qu’il est du devoir des Européens d’entendre ce que les autorités russes ont à dire sur les dossiers d’intérêt commun, qu’il s’agisse de l’Iran, du Caucase, de l’Ukraine, de l’Afrique ou de la relation avec les Etats-Unis. Mais qu’il appartient également à l’UE de montrer qu’elle n’est pas dupe des efforts mis en place à Moscou pour "diviser" les Européens entre eux et pour poursuivre une politique de "déconnexion&quo...


Lire la suite sur LeJDD