Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo en tournée dans le Golfe

·1 min de lecture

Après la France, la Turquie, la Géorgie et Israël, Mike Pompeo est arrivé vendredi 20 novembre aux Émirats arabes unis. Le secrétaire d‘État américain est ensuite attendu au Qatar, puis en Arabie saoudite où il clôturera lundi prochain ce qui pourrait être sa dernière visite dans le Golfe.

Avec notre correspondant à Dubaï, Nicolas Keraudren

Pendant quatre temps, l‘administration Trump a entretenu d‘excellentes relations avec les monarchies arabes du Golfe. C‘est donc dans la péninsule arabique que Mike Pompeo clôture son voyage de 10 jours en Europe et au Moyen-Orient. Vendredi, le secrétaire d‘État américain a atterri aux Émirats arabes unis où il sera question « de coopération en matière de sécurité ».

Puis, Mike Pompeo s‘envolera au Qatar, où il rencontrera des négociateurs des talibans et du gouvernement afghan, dont les pourparlers montrent des signes d'avancées. Mais « l‘unité du Golfe » sera également au cœur de ces discussions à Doha. Car depuis juin 2017, le minuscule émirat gazier est en effet accusé d‘une trop grande proximité avec les Frères musulmans et l‘Iran : les deux ennemis jurés de l‘Arabie saoudite.

Si Doha est donc prêt à faire des concessions, celles-ci seront ensuite rapportées au prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane. Le chef de la diplomatie américaine terminera en effet son voyage en Arabie saoudite. Il devrait aussi plaider la normalisation des relations avec Israël.

En somme, Mike Pompeo est venu conforter un bilan très positif pour les dirigeants du Golfe qui pour la plupart privilégiaient d‘ailleurs la réélection de Donald Trump.