Le chef de la CIA s'est déplacé à Kiev avant la guerre pour avertir Zelensky d'une tentative d'assassinat

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une vidéo Facebook le 30 septembre 2022 - Volodymyr Zelensky

Selon un analyste politique américain reconnu, Bill Burns, le patron de la CIA, s'est rendu en personne en Ukraine avant l'invasion russe fin février pour alerter Zelensky sur les risques d'assassinat qui planaient sur lui.

En janvier 2022, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a reçu Bill Burns, le chef de la CIA, pour évoquer les risques d'invasion russe et les projets d'assassinats contre le chef d'État, a rapporté ce mardi The Independent citant le prochain livre de Chris Whipple.

L'auteur américain proche du pouvoir et spécialiste de la Maison Blanche y affirme qu'à l'époque, Volodymyr Zelensky ne croyait pas en une invasion russe en Ukraine et que les avertissements américains à ce sujet ne servaient qu'à créer une "panique".

C'est pourquoi Bill Burns s'est rendu en personne à Kiev pour "lui donner un aperçu de la réalité", notamment après la demande de Joe Biden de "partager des détails précis sur les complots russes". Des informations que Volodymyr Zelensky a sérieusement reçues, malgré la surprise.

Deux attentats russes déjoués grâce aux Américains

Ainsi, depuis le début de la guerre en Ukraine, les renseignements ont permis de déjouer "deux attentats russes" contre le président ukrainien, toujours selon Chris Whipple.

Volodymyr Zelensky est une cible prioritaire du Kremlin depuis le début du conflit le 24 février dernier. Début mars, par exemple, plusieurs médias indiquaient que le groupe paramilitaire russe Wagner avait infiltré la capitale ukrainienne pour descendre l'ancien acteur.

Le 9 mars, le conseiller présidentiel Mikhail Podolyak avait avancé un chiffre de plus d'une douzaine de tentatives d'assassinat déjouées grâce à "un réseau très puissant de renseignement et de contre-espionnage".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Ukraine: Zelensky condamne le "silence lâche" des Russes à propos de la frappe de Dnipro