Chazal, Drucker... à la retraite !

·2 min de lecture

Cinquante-six ans. Ce n’est pas son âge mais le nombre d’années depuis lequel on le voit à la télé. Qui ? L’inoxydable Michel Drucker bien sûr, arrivé sur petit écran en 1964 comme journaliste sportif. Pour vous donner un ordre d’idées, en 1975, il recevait déjà des invités le dimanche sur un canapé – dont on ignorait la couleur, la plupart des postes étant alors en noir et blanc. L’émission s’appelait Les Rendez-vous du dimanche. Drucker est un cas extrême. À 78 ans, il n’a pas l’intention de raccrocher la brosse à cirer les pompes de ses invités, négociant âprement à chaque saison une petite rallonge avec les boss de France Télévisions.

Mais il n’est pas le seul. Sur TF1, si Jean-Pierre Pernaut, 70 ans, qui présentait le 13 Heures depuis 1988, a récemment annoncé qu'il passerait le relais à la fin de l'année, ça n'aura pas été sans résistance. Doté d’un caractère orageux, l'homme qui lançait tous les ans le même sujet sur la récolte de la gariguette depuis 1988 (on force à peine le trait) a longtemps défendu sa place au journal comme Cerbère l’entrée du Styx. Pas touche !

Quant à sa consoeur Claire Chazal, poussée dehors par la Une après avoir pantouflé pendant des décennies aux journaux du week-end, elle a retrouvé un confortable fauteuil sur France 5 où elle anime mollement Passage des Arts. Et que dire d’Évelyne Dhéliat, en poste à la météo à 70 ans passés, ou encore de Thierry Ardisson, qui après avoir pris la porte de C8 tente de rentrer par la fenêtre de France 2 pour un énième retour ?

Tout cela ne serait-il pas un peu pathétique ? Leurs ego gonflés à l’hélium empêcheraient-ils nos stars de la petite lucarne de comprendre que nul n’est indispensable ? "C’est lamentable, se désole l’ancien journaliste-star Bruno Masure. Ces gens qui s’accrochent alors qu’ils pourraient toucher de magnifiques retraites bloquent l’accès à l’antenne aux jeunes. Si tout le monde travaille jusqu’à sa mort, on n’embauchera jamais. Je suis pour que ça tourne : prendre des jeunes et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite