Les chauves-souris vampires pratiquent la distanciation sociale

Emma Hollen, Journaliste scientifique
·2 min de lecture

Si la notion de distanciation sociale pouvait sembler étrangère à certains d'entre nous jusqu'à présent, l'année 2020 s'est bien assurée d'ancrer cette expression dans nos têtes. En temps de pandémie, elle reste le meilleur moyen de limiter la propagation du virus et de se protéger ainsi que ceux autour de soi. Mais bien que certains d'entre nous n'en apprennent les ficelles qu'aujourd'hui, dans la nature, elle est une habitude déjà bien ancrée. Les fourmis contaminées s'éloignent de la colonie, les abeilles et les chimpanzés chassent les membres malades. Même les chauves-souris vampires, pourtant immunes à bien des maladies, ont acquis ce réflexe salvateur.

Distanciation sociale chez les chauves-souris

Un comportement déjà étudié en laboratoire a désormais pu être observé à l'état naturel par les chercheurs : lorsqu'une maladie se répand parmi les individus d'une colonie de chauves-souris vampires, celles-ci changent de comportement social. À Belize, l'équipe a capturé 31 chauves-souris femelles dont une partie s'est vu injecter une molécule baptisée lipopolysaccharide, destinée à affaiblir leur système immunitaire. Équipées de balises, celles-ci ont ensuite été relâchées dans leur habitat. C'est alors que les chercheurs ont pu observer le phénomène en action.

Pas bête, la chauve-souris vampire ! © Wikimedia Commons
Pas bête, la chauve-souris vampire ! © Wikimedia Commons

Les chauves-souris « malades » (ou du moins présentant un déficit immunitaire) interagissaient avec moins d'individus que les chauves-souris « saines », veillant à éviter particulièrement les individus non malades de manière directe et indirecte. Durant les six heures d'efficacité du traitement, les sujets contrôles s'associaient plus souvent avec d'autres individus du même groupe qu'avec les chauves-souris affaiblies. Ces différences ont disparu progressivement lorsque les effets du traitement ont commencé à disparaître. Ils étaient également moins notables lorsque les chauves-souris dormaient ou chassaient hors du nid.

Une nouvelle méthode...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura