Chaussures, équipement, blessures : le football féminin, entravé par des technologies faites pour les hommes

Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Au football, l'équipement, les connaissances et les technologies sont pensées pour les joueurs masculins. Pour les équipes féminines, ces conditions inadaptées peuvent entraver les performances ou, pire, augmenter le risque de blessures, alertent des scientifiques.

Le football féminin n’est pas juste un match masculin dont les joueurs seraient remplacés par des joueuses. Les conditions de pratique, les équipements, les tenues, de nombreux éléments doivent être revus et adaptés à la physiologie des joueuses, dont les risques de blessures sont augmentés par ces conditions de jeu sous-optimales. Cette alerte de scientifiques, médecins et experts du football féminin, est publiée dans la revue Sports Engineering.

Des chaussures inadaptées entraînant des risques de blessures

"Les chaussures de foot féminines sont juste des chaussures masculines plus petites, elles ne sont pas pensées spécialement pour elles", pointe le Dr Craig Rosenbloom, médecin du sport de haut niveau pour la Football Association et le Tottenham Hotspur Football Club féminin. Les chaussures à crampon, c’est justement un des problèmes clés soulevés dans la publication. "La forme et le volume des pieds des joueuses est différente de celle des joueurs", précise Katrine Okholm Kryger, première auteure de la publication et spécialiste de la biomécanique du sport et du football féminin en particulier. Par exemple, si les petits pieds ont tendance à être plus larges et les longs pieds plus étroits, et ce dans les deux sexes, les tailles qui doivent être considérées comme petites ou grandes diffèrent entre hommes et femmes, concluaient d’anciens travaux de 2008.

"Un autre critère important, c’est le point de courbure du pied", ajoute Katrine Okholm Kryger. Car les crampons raidissent les chaussures de football, prévues pour pouvoir se plier à un endroit précis à la base des orteils. Problème, "le ratio entre orteils et pied est différent entre les hommes et les femmes", explique la chercheuse. L'endroit de la pliure ne tombe donc pas juste pour les joueuses, qui risquent des fractures de stress à force de devoir plier le pied à l’endroit où se trouve l’os. D’autant que les crampons des chaussures féminines font la même taille que sous les chaussures masculines pour un[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi