Un chauffard écrase le pied d’un CRS lors d'un contrôle et prend la fuite

·3 min de lecture
Les policiers l’interpellent plus loin alors qu’il est bloqué par la circulation. “Je suis allé à sa hauteur. Avec un collègue, au regard de la situation, nous avons été obligés de sortir nos armes de service. J’ai brisé la vitre du côté passager et saisi l’homme par le col. C’est alors qu’il a reculé”, a déclaré un des agents selon le site Actu.fr. Sa main sera coupée par le verre brisé, sectionnant son tendon. Plus grave, en reculant, le pied gauche du CRS passe sous la roue de l’Audi brisant ses os.

Au tribunal judiciaire de Versailles, un homme de 46 ans a écopé de trois ans de prison ferme pour avoir mis en danger la vie d’un CRS. Le fonctionnaire a échappé au pire mais ne sait pas s’il pourra remarcher un jour.

Il voulait éviter trois mois de prison, il y passera finalement trois ans. Ce jeudi 29 avril, un homme de 46 ans comparaissait au tribunal judiciaire de Versailles. Condamné à trois ans de prison ferme, il avait mis en danger la vie d'un CRS de Vaucresson. Les faits remontent au 10 avril dernier. Ce jour-là, l'homme grille un feu rouge à la hauteur de la Celle-Saint-Cloud dans les Yvelines. Alertés par sa conduite dangereuse, des CRS se lancent alors à sa poursuite et l’immobilisent peu avant 15 heures.

Si le chauffard accepte de s'arrêter, il pointe l'affichette "Urgence sang", placée sur le tableur de bord de son Audi A4 break et affirme aux forces de l'ordre être pressé. Problème, il ne peut présenter. aux policiers aucun document justifiant ses dires. Pire, il ne dispose sur lui d'aucun papier à son nom. Le subterfuge découvert, le chauffeur redémarre en trombe. Les CRS se lancent à sa poursuite et percutent même un muret alors qu'ils tentent d'éviter d'autres usagers.

“Je ne sais même pas quand je pourrais marcher”

Bloqué par la circulation un peu plus loin, le fuyard, contraint à l'arrêt, est finalement interpellé. “Je suis allé à sa hauteur, déclare un des agents, selon des propos rapportés par le site Actu.fr. Avec un collègue, au regard de la situation, nous avons été obligés de sortir nos armes de service. J’ai brisé la vitre du côté passager et saisi l’homme par le col." Sa main sera coupée par le verre brisé, sectionnant son tendon. Le quarantenaire, bien décidé à éviter la prison, recule alors son véhicule, écrasant au passage le pied gauche du CRS. "J’ai eu tellement mal que je ne ressentais même plus la douleur déjà forte à la main, témoigne-t-il. C’était si intense. J’ai des os cassés, certains plusieurs fois. Le médecin a même dit qu’ils étaient en miettes. Il va certainement falloir m’opérer."

“Je ne sais même pas quand je pourrais marcher, tout simplement. Ni même reprendre mon travail”, s’alarme le policier, dont l'incapacité de travail a été fixée à 45 jours pour le moment. Trois semaines plus tard, le chauffard, parvenu à prendre la fuite, sera retrouvé grâce à son ADN, prélevé sur le véhicule abandonné. Arrêté le 27 avril, Karim A. a indiqué au tribunal qu’il ne voulait pas être contrôlé car il faisait l’objet d’une fiche pour exécuter trois mois de prison et qu'il conduisait sans permis. 

S'il a soutenu n'avoir jamais eu l'intention de blesser le policer, le tribunal a décidé de le condamner à trois ans de prison avec incarcération immédiate.

Ce contenu peut également vous intéresser :