Les chasseurs du Gard autorisés à mener des battues aux gros gibiers

Ils ont obtenu une dérogation particulière. Les chasseurs peuvent pratiquer leur passion mais sous certaines conditions. Port du masque, déplacement à deux maximum par voiture, tous doivent respecter les consignes sanitaires. Ils sont également autorisés à prélever des gros gibiers considérés comme nuisibles, comme les sangliers qui provoquent d’importants dégâts dans les exploitations agricoles. "C’est une mission qui nous a été donnée par l’État pour éviter les dégâts dans les cultures. Ce sont les chasseurs qui payent les dégâts des sangliers. Plus on en tuera, moins on aura de dégâts dans nos cultures", avance Jean-François Soulier. Une faveur faite aux chasseurs, selon les associations Une dérogation qui indigne la plupart des associations écologistes. "Le confinement des chasseurs offriraient un répit à la nature. À mon sens, c’est ça la priorité, exprime Guillaume François, président du centre Athenas. Laissons faire la nature, les grands prédateurs. Ce sont eux qui participent à l’équilibre des éco-systèmes". Deux camps s’opposent alors. Les autorités publiques qui estiment donner une véritable mission de service publique aux chasseurs. Les opposants à la dérogation y voient quant à eux une faveur qui leur est faite. La décision fait débat dans de nombreux départements.