Chasseurs-cueilleurs et… tueurs ! Des guerres de clans à la Préhistoire sur fond de changement climatique

·1 min de lecture

Le cimetière égyptien de Jebel Sahaba, situé au Soudan actuel, était jusqu'à aujourd'hui considéré comme étant le témoin de la guerre préhistorique organisée. Depuis l'étude d'une partie des ossements qu'il renferme, ce site est considéré comme un cimetière de guerre puisque les causes de la mort des individus inhumés ne sont vraisemblablement pas naturelles et que les squelettes présentent des lésions notamment dues à des tirs de projectiles.

Néanmoins, une récente étude, publiée aujourd'hui dans Scientific Report, a remis en question la chronologie des faits ayant conduit aux inhumations à la suite de cette guerre présumée. Une collaboration entre des chercheurs de l'Université de Toulouse, de Bordeaux et du British Museum a permis de porter un regard nouveau sur les squelettes précédemment analysés et de doubler cet échantillonnage afin de retracer l'histoire tragique de ces Hommes préhistoriques.

Le cimetière de Jebel Sahaba. © Fond d’Archives Wendorf du British Museum
Le cimetière de Jebel Sahaba. © Fond d’Archives Wendorf du British Museum

Raid et embuscades entre clans pour l’accès aux ressources

Les nouvelles données que publie cette équipe indiquent que les hommes, les femmes et les enfants inhumés présentent des blessures similaires, telles que des fractures et des lacérations dues à des tirs de projectiles comme des flèches ou des lances à la pointe acérée. Or, en temps de guerre, l'on s'attend à ce que les hommes présentent plus souvent ce type de lésions que les femmes et les enfants.

Photographie d’archive illustrant la tombe double des individus JS 20 et JS 21 avec l’indication par les crayons de la position des artéfacts lithiques associés. © Fond d’Archives Wendorf du British Museum
Photographie d’archive illustrant la tombe double des individus JS 20 et JS 21 avec l’indication par les crayons de la position des artéfacts lithiques associés. © Fond d’Archives Wendorf du British Museum

De plus, certaines blessures n'ont pas causé la mort des individus puisque des marques de cicatrisation ont été retrouvées. Cette donnée suggère donc que les individus inhumés ont pu endurer une succession d'événements violents, tels que des raids ou des embuscades, avant que l'un d'entre eux ne leur soit fatal. Le cimetière de Jebel Sahaba ne...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura