Chasses traditionnelles : les chasseurs défilent contre l’interdiction

·1 min de lecture
La préfecture a fait état de la présence de 13 000 personnes avant le début de la manifestation. (Photo d’illustration)
La préfecture a fait état de la présence de 13 000 personnes avant le début de la manifestation. (Photo d’illustration)

Les manifestants disent vouloir défendre les chasses, la tradition et la ruralité. Samedi 18 septembre, dans le courant de la matinée, au moins 13 000 personnes sont descendues dans la rue à Mont-de-Marsan, en Nouvelle-Aquitaine. Les manifestants s?insurgent contre l?interdiction de certaines chasses traditionnelles d?oiseaux, jugées illégales par le Conseil d?État du 6 août dernier. Désormais sont interdites plusieurs sortes de chasses traditionnelles, à l?instar de la chasse à l?alouette aux pantes, ou encore de la chasse à la matole. Plusieurs autres cortèges sont prévus ailleurs sur le territoire.

Au son de bandas, de cornes de brume et de pétards, une marée orange fluo ? la couleur des vestes des chasseurs ? s?est élancée des arènes du Plumaçon, haut lieu de la corrida, pour une boucle de 4 kilomètres autour du centre-ville, passant notamment devant la préfecture des Landes. Les organisateurs, qui attendaient près de 200 bus venus principalement de Nouvelle-Aquitaine et d?Occitanie, ont estimé à 20 000 le nombre de participants à un « grand rassemblement pacifique » de ceux ? chasseurs, pêcheurs, syndicats agricoles, associations culturelles ? « qui partagent les valeurs de la culture rurale ».

« Marre de voir la culture partir en lambeaux »

La préfecture a fait état de la présence de 13 000 personnes avant le début de la manifestation. « J?en ai marre de voir ma culture partir en lambeaux. On a déjà éradiqué ma langue, le gascon, maintenant ce sont les [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles