Chasse: le gouvernement dévoilera son plan et écarte l'interdiction le dimanche

La mission du Sénat sur la sécurité à la chass s'est prononcée contre l'instauration nationale de jours sans chasse - Philippe LOPEZ © 2019 AFP
La mission du Sénat sur la sécurité à la chass s'est prononcée contre l'instauration nationale de jours sans chasse - Philippe LOPEZ © 2019 AFP

Parmi les mesures envisagées, la mise en place d'une journée ou demi-journée sans chasse, sur laquelle la secrétaire d'État à l'Ecologie Bérangère Couillard indiquait en octobre qu'il n'y avait "pas de tabou", semble ne plus être à l'ordre du jour, selon plusieurs sources ayant participé aux discussions.

"Je n'imagine pas une seule seconde qu'on puisse avoir une proposition allant dans le sens d'un dimanche sans chasse", a déclaré jeudi à l'AFP le patron des chasseurs, Willy Schraen.

Une interdiction qui mettrait "à feu et à sang la ruralité"

"Ce ne serait pas cohérent" avec ce qui est ressorti des dernières consultations et "cela mettrait à feu et à sang toute la ruralité".


Même si les derniers arbitrages ne sont pas encore rendus, les contours de ce plan avaient été dévoilés mi-octobre par Bérangère Couillard. Ils seront précisés lundi matin dans le Loiret lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec les agents de l'Office français de la biodiversité (OFB), qui gère les questions de chasse. Willy Schraen, a évoqué une réunion en décembre à laquelle ont participé l'ensemble des usagers de la nature - chasseurs mais aussi représentants des randonneurs ou des vététistes - au cours de laquelle "tout le monde a dit non" à l'interdiction de chasse le dimanche.

"Si on commence à interdire la chasse certains jours, cela sèmerait la graine pour d'autres interdictions, comme un jour sans VTT par exemple, tout le monde en a convenu", selon lui.

Vers l'interdiction de l'alcool pendant la chasse

Des informations confirmées par une source gouvernementale.

"Il ne faut pas laisser penser que l'interdiction de la chasse le dimanche soit la seule solution pour régler la question de la sécurité, d'autant que rien au niveau statistique n'indique que le dimanche soit un jour plus accidentogène que les autres", a fait valoir cette source.

En revanche, le gouvernement devrait bien instaurer un délit d'alcoolémie pour les chasseurs, à l'image de ce qui se fait pour les automobilistes, avec une limite fixée à 0,5 gramme par litre de sang. Une mesure à laquelle les chasseurs se montrent favorables.

Article original publié sur BFMTV.com