Chasse : alcool, appli mobile...Ce que l’on sait des mesures du gouvernement présentées lundi

Ce que prévoit le gouvernement pour mieux encadrer la chasse
CHARLY TRIBALLEAU / AFP Ce que prévoit le gouvernement pour mieux encadrer la chasse

POLITIQUE - Droits et devoirs d’un chasseur sachant chasser. Lundi 9 janvier, la secrétaire d’État à l’Écologie Bérangère Couillard doit dévoiler les mesures retenues par le gouvernement pour mieux encadrer la chasse, après plusieurs accidents mortels qui ont choqué l’opinion et relancé la mobilisation des antis-chasse.

Fin octobre, la secrétaire d’État avait annoncé son objectif. « Je veux tendre vers le zéro accident dans les années à venir et cela passera par un meilleur respect des règles, une information plus importante auprès des riverains et un meilleur partage de l’espace », a-t-elle indiqué en dévoilant sa feuille de route.

Sur la base d’un rapport récent du Sénat et à l’issue des concertations, Bérangère Couillard dévoilera les mesures retenues depuis la ville de Dry dans le Loiret ce lundi matin. Tour d’horizons des réflexions menées.

  • Un jour sans chasse ?

C’était la proposition la plus réclamée par les opposants à la chasse : instaurer une journée - le dimanche - où la pratique serait interdite. En octobre, la secrétaire d’État n’y avait pas fermé la porte, peut-être en réduisant à une demi-journée sanctuarisée à l’échelle nationale.

Mais finalement, l’affaire semble mal engagée selon plusieurs sources ayant participé aux discussions. « Tout le monde a dit non à une telle mesure » lors d’une réunion en décembre avec l’ensemble des usagers de la nature - chasseurs mais aussi représentants des randonneurs ou des vététistes, assure à l’AFP le patron de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen. « Si on commence à interdire la chasse certains jours, cela sèmerait la graine pour d’autres interdictions, comme un jour sans VTT par exemple, tout le monde en a convenu », a-t-il expliqué.

Des informations confirmées par une source gouvernementale. « Il ne faut pas laisser penser que l’interdiction de la chasse le dimanche soit la seule solution pour régler la question de la sécurité, d’autant que rien au niveau statistique n’indique que le dimanche soit un jour plus accidentogène que les autres », a fait valoir cette source.

Le jour sans chasse est cependant soutenu par une majorité de Français, comme le montre une étude d’opinion YouGov réalisée pour Le HuffPost en novembre 2022. Sept sondés sur dix se disent pour l’interdiction de la chasse les dimanches, les jours fériés et les vacances scolaires. Ils sont 51% à se prononcer pour une interdiction totale de la chasse.

  • Délit d’alcoolémie

La création d’un délit d’alcoolémie aligné sur les mêmes exigences que pour les automobilistes fera partie des pistes retenues, selon une source gouvernementale à franceinfo. Tout chasseur contrôlé avec plus de 0,5 grammes d’alcool par litre de sang sera passible de sanctions.

Cette proposition jugée « élémentaire » par les antis-chasse a aussi été validée par le président des chasseurs. Elle a aussi le soutien des Français, à 87 %, selon notre enquête YouGov. Reste à savoir si la sanction sera jugée suffisamment dissuasive. À noter que l’alcoolisation est déjà une circonstance aggravante en cas de poursuites après un accident de chasse.

  • Une appli’ pour les chasseurs

Dans un volet plus informatif, Le Figaro évoque l’utlisation et le développement d’une application afin de recenser la position en temps réelle des chasseurs ou les zones de chasses et de non-chasses. Pour Willy Schraen, seule la deuxième option est intéressante. Il a jugé « ridicule » une application où les pratiquants devraient se géolocaliser, sur la même ligne, une fois n’est pas coutume, que les écologistes. « Une appli ? C’est une blague », a ainsi réagi l’élue EELV Sandrine Rousseau, après les informations de la presse sur cette éventuelle mesure.

  • Formation et certificat d’aptitude

Selon franceinfo, le gouvernement s’apprête également à intervenir sur la formation des chasseurs. La loi prévoit déjà une formation théorique une fois tous les dix ans. L’exécutif pourrait la doubler d’une formation pratique, confiée aux différentes fédérations. Dans le même esprit, un certificat médical d’aptitude sera demandé pour pouvoir passer le permis.

Enfin, des propositions pour interdire les tirs dans un rayon de 30 degrés à gauche et à droite des chasseurs et la suspension à vie du permis pour tout chasseur ayant causé un accident mortel, sont également à l’étude.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi