Chasse à l'homme en Allemagne : après 5 jours de traque, 200 policiers recherchent toujours le fuyard

Ambre Lepoivre avec AFP
·3 min de lecture

L’opération digne de la saga Rambo continue. Depuis cinq jours, des centaines de policiers allemands sont toujours à la recherche d’un fugitif armé jusqu'aux dents, caché dans la Forêt noire.

Après cinq jours de chasse à l’homme, Yves Rausch court toujours. Dans la commune allemande d’Oppenau, la tension est à son comble, l'homme étant armé jusqu'aux dents.

Dans ce contexte, que la mairie qualifie de "dangereux", les jardins d'enfants et la piscine en plein air de la ville ont été fermés. Les promenades en forêt et activités en plein air sont proscrites et les enquêteurs recommandent aux habitants de ne pas sortir de chez eux.

Des policiers "pris au dépourvu"

Un homme est à l’origine de cette situation rocambolesque: Yves Rausch. La police devait interpeller dimanche ce trentenaire connu pour divers délits de port d'armes illégal et conflits avec les forces de l’ordre

Mais "lors du contrôle, il a tout à coup sorti un pistolet, a maîtrisé et menacé les officiers, puis leur a fait poser leurs pistolets, leurs armes de service. Il s'est ensuite enfui dans la forêt", a relaté Yannick Hilger, porte-parole de la police d'Oppenau.

"Il les a totalement pris au dépourvu, à tel point qu’ils n’ont pas eu le temps de réagir", a ajouté Wolfgang Kramer, de la police d’Offenbourg.

Un terrain de recherche compliqué

D’après les enquêteurs, le trentenaire a ensuite pris la fuite à pied en direction de la Forêt noire avec quatre armes de service, un arc, des flèches et un couteau. Depuis, près de 200 policiers sont à sa recherche, appuyés par des hélicoptères, des chiens et des caméras thermiques. Mais pour l’instant, l’homme reste introuvable.

"Le terrain est très exigeant. Il y a des pentes abruptes, de forêts très denses. Si une personne se cache dans le fourrés, c’est très difficile de la trouver", décrit Uwe Geiser, maire d’Oppenau.

Les autorités ont diffusé une photo du fugitif sans domicile fixe de 31 ans. Yves Rausch y apparaît crâne rasé, avec une petite barbiche.

Un autre cliché publié par le quotidien Bild le montre en tenue des forces spéciales militaires, vêtu de la tête au pied d'un treillis et d'équipements militaires, comme des lunettes de visée reliées à son casque.

"Détresse mentale"

La police appelle "toute personne qui rencontrerait le suspect à rester à l'écart". L'homme est, selon les autorités, "dans un état de détresse mentale".

"Il a toujours eu des petits boulots - parfois comme gardien sur un parcours de golf, ou à la gare", raconte un ancien voisin au quotidien Bild. "Il y a encore un an, il vivait dans un appartement au-dessus d'une auberge avant d'être expulsé parce qu'il ne payait pas son loyer", livre-t-il.

"Des armes, munitions et bidons d'essence auraient été découverts dans l'appartement à cette époque", ajoute ce témoin, précisant qu'il y avait "même un petit stand de tir dans le grenier". Yves Rausch a ensuite vécu dans sa voiture, avant de s'installer dans une hutte à la lisière de la forêt où les policiers ont tenté de l'interpeller.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :