«Un chassé-croisé des projets immobiliers», pourquoi les grandes villes séduisent de nouveau ?

© Europe 1

Pour les grandes métropoles, la crise sanitaire avait été synonyme d'exode massif. Les Français, en mal de verdure après les confinements successifs, avaient délaissé les grands centres urbains pour privilégier les villes moyennes, moins bruyantes et polluées. Un phénomène qui a eu pour effet d'accroître considérablement les prix de l'immobilier dans ces territoires. Selon une étude de Meilleurstaux, révélée par Le Parisien, un habitant d'Angers dans le Maine-et-Loire, qui pouvait acquérir un logement de 94m² en 2019, doit désormais se contenter d'un deux pièces n'excédant pas... 52m². Invité de l'émission La France bouge ce mardi, Yann Jéhanno, le président du réseau immobilier Laforêt a confirmé cette tendance.

"Dans les grandes villes, on voit les prix atterrir et même reculer"

Au micro d'Élisabeth Assayag, il a évoqué un "chassé-croisé des projets immobiliers", en raison notamment d'une stabilisation voire d'une baisse des prix dans les grandes villes. "Paris, Lyon, Bordeaux... Toutes ces villes ont finalement atteint un plafond de verre. On approchait les 11.000 euros du mètre carré à Paris. Aujourd'hui, on est légèrement au-dessus des 10.000. Dans les grandes villes, on voit les prix atterrir et même reculer", assure le spécialiste.

>> LIRE AUSSIINFO EUROPE 1 - Quelles sont les meilleures villes de France pour s'installer ?

Sur Europe 1, Yann Jéhano identifie également une autre raison qui explique ce retour vers les grands centres urbains. "Des familles on...


Lire la suite sur Europe1