Chartres, la ville qui a fermé la porte à un géant du e-commerce et ses 2000 emplois à la clé

1 / 2

Chartres, la ville qui a fermé la porte à un géant du e-commerce et ses 2000 emplois à la clé

Un poids lourd du web a manifesté son intention de construire une plateforme logistique dans la ville d'Eure-et-Loir. Le maire assume son choix d'avoir préféré privilégier "l'équilibre sociologique" plutôt que des emplois "dépourvus de valeur ajoutée".

Beaucoup d'élus auraient fait les yeux doux à une entreprise cherchant à s'implanter sur leur commune avec la perspective de créer des milliers d'emplois. Ce n'est pas le cas de Jean-Pierre Gorges, maire sans étiquette de Chartres et président de Chartres Métropole, qui ne cache pas son choix d'avoir refusé la construction d'une plateforme logistique au printemps 2018, selon L'Echo Républicain. La proposition venait d'un géant du e-commerce, concurrent d'Amazon, qui prévoyait de s'implanter sur 20 hectares et de créer 2000 emplois.

Chartes doit rester "une ville de province"

Pour l'élu, ce projet aurait profondément changé sa ville, et comportait plus d'inconvénients que d'avantages. Il estime qu'une "telle implantation serait préjudiciable à l’équilibre sociologique et démographique de l’agglomération." Pour lui "Chartres est et doit rester une ville de province".

"Il faut respecter un certain nombre de codes et moi faire de l'abattage comme ça pour ramener les entreprises et pour dire que je suis plus beau que les autres cela ne m'intéresse pas", expliquait-il en octobre à la radio d'Eure-et-Loir Intensita.   

"Quand vous posez 2000 emplois comme cela monotypé, c'est les mêmes c'est du picking, vous allez avoir exactement 2000 personnes qui ont le même profil. La ville de Chartres est trop petite pour absorber ça.", argumentait-il. S'il avait été à la tête d'un bassin de vie...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi