Chartres : l’ex-gendarme trafiquait les tests d’alcoolémie

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Tandis que ses « victimes » perdaient des points sur leur permis et devaient payer une amende, l’ancien gendarme, gonflait ses statistiques (photo d'illustration).
Tandis que ses « victimes » perdaient des points sur leur permis et devaient payer une amende, l’ancien gendarme, gonflait ses statistiques (photo d'illustration).

« Je suis honteux. » À la barre du tribunal de Chartres, un ancien maréchal des logis-chef de la gendarmerie n'en menait pas large la semaine passée. Malgré des états de service irréprochables en près de 30 ans de carrière, il devait s'expliquer concernant un subterfuge utilisé pour tenter d'obtenir une promotion à laquelle il estimait avoir le droit, relate L'Écho républicain. « J'ai été victime d'injustices au cours de ma carrière. Je voulais améliorer mes statistiques », a-t-il avancé pour justifier le fait qu'il a trafiqué des tests d'alcoolémie qu'il faisait passer à des conducteurs.

Ces derniers se voyaient ainsi verbalisés pour une infraction qu'ils n'avaient pas commise. Tandis que ses « victimes » perdaient des points sur leur permis et devaient payer une amende, l'ancien gendarme, qui a fait valoir ses droits à la retraite le 1er novembre 2020, gonflait ses statistiques. Mais ses collègues l'ont pris sur le fait en septembre 2020, alors qu'il verbalisait une conductrice pour un taux d'alcoolémie de 0,46 mg par litre d'air expiré. Après vérification du test, celui-ci affichait en fait un taux de 0,13 mg. Alertée, sa hiérarchie a ensuite diligenté une enquête interne.

« Il était peut-être arrivé à un point de saturation »

Au total, une dizaine de victimes verbalisées injustement ont été retrouvées, comme ce retraité de 79 ans, dont le permis a été suspendu car il avait été contrôlé selon le gendarme avec un taux d'alcoolémie de 0,47 mg, alors que le t [...] Lire la suite